L’ANGOISSE DU COUFFIN VIDE

À quatre vingt ans bien tassés, Oncle Hamou n’avait presque rien perdu de sa superbe d’ancien défenseur central de L’USMO. Sa haute stature avait certes escamoté quelques centimètres, mais un air de jeunesse constante lui tenait compagnie. Avec sa tête chenue et son héritage africain, il ressemblait étrangement à l’acteur américain Morgan Friedman qui avait si bien incarné Mandela dans Invectus.

Oncle Hamou, se levait tous les jours matin, se rasait avec application à l’aide d’un rasoir de garçon coiffeur qu’il maniait encore avec dextérité, accomplissait sa prière , et engloutissait trois tartines beurrées, noyées dans du café si corsé qu’il aurait réveillé les morts. Ce rituel immuable précédait sa mission du jour; aller au marché couvert, à deux pas de son domicile et réputé être l’un des moins chers de la ville, pour lester son couffin de légumes savoureux mais rabougris, et de quelques fruits dont l’arôme avait expiré. Le couffin de Ammi Hamou n’accueillait viande, volaille ou poisson qu’en de très rares occasions qui se raréfiaient tant les prix s’affolaient.

Faire le marché , l’empêchait de devenir un vieil homme négligé,car il avait la religion des vieux Oranais, celle qui gardait l’habitude d’une conventionnelle élégance et le plaisir de la conversation. Ce rituel tout autant corvée que plaisir, se transformait de plus en plus en angoisse du couffin difficile à remplir, même en ne se contentant que des produits de première nécessité. À la mort de sa femme, il avait accueilli chez lui son fils cadet Habib, la femme de ce dernier. et ses deux enfants.

Un loyer qui avait raison de la moitié du salaire du fils,modeste fonctionnaire, tombait comme un couperet chaque mois et plongeait la maisonnée dans la précarité alimentaire et l’angoisse de voir débarquer un invité qui s’annoncerait sans crier gare, sans réaliser que les temps avaient changé’ « Times are changin »  le prévoyait déjà l’oracle Dylan.

Oncle Hamou avait fait taire les réserves des ses autres enfants avec la sentence du patriarche dont il est inconvenant de discuter les décisions. « Vous avez tous de meilleures situations, fait de meilleures études et vous vous êtes élevés socialement en vous mariant dans le beau monde. Habib n’est riche que de son cœur d’or, et Dieu a éprouvé sa foi avec ce fils malade et si affectueux ».

Pour ne pas être inique, et compromettre ses chances de salut éternel, il avait néanmoins réparti entre eux, une coquette somme d’argent, geste qui avait siphonné les économies de toute une vie.Sans regret!

Ces derniers temps, Oncle Hamou avait l’œil creusé et les traits tirés par l’insomnie à cause de ce maudit couffin qui le narguait dès le réveil. Il se rappelait son père, cet homme orgueilleux, capable de loger et d’entretenir parentèle proche et lointaine, de sorte que jamais il n’avait vu le salon de la maison qu’ils habitaient alors, vide. Par contre, il se rappelait les enfants se vautrant sur les matelas, et les hommes buvant le thé à la menthe alors que les femmes faisaient des aller-retours répétés de la cuisine au salon , semblables à une noria industrieuse de fourmis pour déposer plat après
plat. « Nous sommes une grande tente, Kheïma kbira » avait l’habitude de dire son père quand on lui faisait remarquer qu’il s’échinait à complaire à des gens intéressés qui tourneraient casaque au moindre coup de vent.

À cette époque là, le père de Si Hamou, franchissait le seuil de son domicile, le poids courbé sous l’opulence de plusieurs couffins, regorgeant de victuailles.Souvent Hamou et son frère aîné Boualem étaient requis comme porte-faix car leur père s’arrangeait toujours pour laisser le couffin le moins lourd au malheureux gamin qui tirait quelque ressource de cette activité.

‘ Times are changin’!
Dans un pays qui s’était cru riche et qui devrait vouer une gratitude émerveillée aux entrailles de son sous-sol,peu de personnes travaillaient à le nourrir. Dans ce pays, remplir le couffin devenait supplice et mission impossible pour les plus humbles. Il aurait aimé être médecin pour être au chevet des tiraillements de sa patrie et son couffin presque vide lui disait qu’il fallait s’inquiéter de sa vulnérabilité.

Pour tromper l’angoisse du couffin à remplir, on parle religion, politique, football, ou plutôt, on ne parle plus. on se lamente devant les coquetteries de la pomme de terre qui joue les divas en disparaissant des jours entiers et l’on est prêt à l’émeute pour conjurer le départ précipité et définitif de la
banane.

Des jeunes et des moins jeunes, hommes et femmes minés par l’angoisse du couffin, rêvent d’eldorados mythiques, alors que l’Occident est si peu enclin à les accueillir. Un monsieur Trump, je crois que c’est son nom exige de son pays qu’il fasse du patriotisme économique et du protectionnisme intelligent. Mais nous n’avons rien à protéger car nous ne fabriquons rien. Nous ne produisons rien. On s’est réjoui de la révolution moderne à laquelle nous ne contribuons que comme ventre à rassasier. Désarmés moralement, nous faisons commerce du religieux, nous travestissant, nous expurgeant de nos accointances d’origine, devenus non pas société mais collections d’individus confrontés à l’équation du couffin.

Ce jour là, Oncle Hamou fit une infidélité à son marché habituel et s’aventura rue des Aurès que tout le monde continuait à appeler rue de la Bastille.Il espérait tomber sur des étals que ne courtisent que les bourses modestes ou des prix de fin de marché ,mais les prix affichés le firent transpirer. Oncle Hamou se découvrit taiseux, peu enclin à prolonger les conversations. L’Empereur Marc Aurèle aurait pu résumer son état d’esprit:
« Tout ce que nous entendons n’est qu’une opinion, pas les faits. Tout ce que nous voyons n’est qu’une perspective, pas la vérité ». Est-ce que c’était mieux avant?
Retombons en enfance et demandons à notre imagination de falsifier nos souvenirs.

Oncle Hamou, se fit l’effet d’être Don Quichotte sans destrier; il épongea son cou avec un mouchoir blanc immaculé et jeta son couffin comme on jette un sac plastic pour souligner l’éphémère du quotidien qui tue..

 

Al-HANIF

15 avril 2017

le 15 avril 2017


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
15 avril 2017

Les commentaires sont fermés

Les Archives de Bel-Abbes.info

Visites :

  • 14 408
  • 11 653

TRAIN

وصوول اقلاع
ORAN - SBA

07h35 08h58 (*)
12h50 14h05 (*)
15h20 16h30 (**)
16h30 17h45 (*)
17h15 18h25
19h40 20h50(***)
22h30 23h40(****)
(*) vers Tlemcen
(**) Vers Saida
(***) vers Bechar quotidien
(****) vers Bechar (sam,lun,mer)
SBA - ORAN
06h15 07h31

06h50 08h09
11h30 12h49
16h30 18h57
ORAN ALGER
06h25 12h00
08h00 12h30(*)
12h30 17h36
15h00 19h00(*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h25 12h00
08h00 12h30(*)
12h30 18h36
15h00 19h0(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h15 08h14
09h30 10h34
15h05 16h05
ORAN - CHLEF
16h40 19h13
CHLEF - ORAN
04h30 07h15
ORAN - SAIDA
15h30 18h00
SAIDA - ORAN
05h00 07h30
ORAN - BECHAR
19h40 05h50
22h30 08h15 (Sam,lun,mer)
BECHAR - ORAN
19h00 04h50
22h00 7h16 (Sam,lun,mer)