LE PHENOMENE DU VAGABONDAGE ET DE LA MENDICITÉ S’ACCENTUE A SIDI BEL-ABBES. Mais où sont donc passé les services sociaux?

Ce qui a caractérisé le quotidien, est le retour en force du phénomène de vagabondage et de mendicité à travers les rues de la ville de Sidi Bél-Abbès où la présence des mendiants en groupes, s’accaparant même des trottoirs et assiégeant les passants devant les mosquées, les marchés ou les bureaux de poste, pour leur arracher des pièces de monnaie. Aucune rue ou quartier ne sont épargnés de ce phénomène de mendicité.

Les mendiants en essaim choisissent les endroits les plus populaires et les plus dynamiques, à l’exemple des quartiers le centre de la ville, graba et le souk du cimetière Sidi Bél-Abbès pour récolter le maximum d’argent, une ruse sur laquelle se basent les mendiants pour réaliser des profits importants et même les mosquées sont soigneusement ciblées par les mendiants où les fidèles plus généreux sont pris d’assaut après chaque accomplissement de la prière, même tard la nuit après les prières d’el icha.

Les mendiants envahissent les mosquées et les trottoirs et visibles un peu partout à travers la ville de Sidi Bél-Abbès. Ils sont visibles partout. A proximité des mosquées, à l’entrée des bureaux de postes et des banques, devant les boulangeries et les restaurants, dans les bus et même à l’intérieur des immeubles où ils font du porte-à-porte pour essayer d’apitoyer des âmes charitables.

Les mendiants sont omniprésents, surtout durant cette période hivernale, période faste, qu’ils mettent à profit pour ramasser le plus d’argent. Entourés souvent d’un ou plusieurs enfants en bas age , ils s’installent parfois au milieu du trottoir pour faire la manche. La plupart choisissent des lieux très fréquentés pour y établir leurs quartiers… Chacun marque son territoire , ils empêchent tout intrus qui oserait les défier, en s’installant tout près d’eux. Il n’est pas rare de croiser sur sa route des mendiants se disputant pour une sombre histoire de territoire. Certains en arrivent parfois aux mains. Ce n’est que grâce à l’intervention des passants qu’ils suspendent, momentanément, les hostilités qu’ils reprennent, aussitôt après, jusqu’à ce que l’un d’eux batte en retraite. A ce jeu, ce sont les plus jeunes et les plus valides qui sortent souvent vainqueurs. La mendicité est devenue une fonction très lucrative. Selon certains citoyens et commerçants, les mendiants gagnent beaucoup d’argent, en tout cas, nettement plus qu’un travailleur salarié ou un smicard. Ceux qui ont élu domicile au niveau des quartiers très fréquentés font jusqu’à 5000 dinars par jour ! Durant cette période d’automne, les citoyens de la ville de Sidi Bél-Abbès se connaissent de leurs piétés et de leurs solidarités, ces mendiants sont particulièrement actifs. Afin que les gens s’apitoient sur leur sort, des mendiants pourtant saints de corps et d’esprit innovent, en se transformant, qui en une personne aveugle, qui en un handicapé se déplaçant avec des béquilles. Certains disposent même d’une belle voiture et d’un chauffeur qui les récupère en fin de journée.

A la longue, on ne sait plus distinguer un véritable nécessiteux d’un faux. Une nouveauté, on loue des bébés ou des enfants en bas âge qu’on fait passer pour ses propres enfants pour s’attirer la sympathie des gens. Coût de la location 1000 dinars par enfant la journée. On le voit bien, si un pseudo mendiant parvient à payer 1000 dinars pour s’assurer les services d’un enfant, c’est qu’il doit gagner beaucoup plus. Les mosquées sont devenues des crèches et des mines d’or pour tous ces faux mendiants  qui sévissent dans la ville de Sidi Bél-Abbès. Cette ville est pour eux un endroit et tout aussi, une occasion inespérée pour se faire de l’argent sans le moindre effort. La plupart pensent, déjà, à la fête d’El-Achoura et aux profits qu’ils vont tirer de la Zakat qui est chaque année plus conséquente. L’arrivée par vagues de centaines de mendiants de diverses localités et même de villes hors wilaya, qui ont investi les principales places de la ville pour solliciter la solidarité des citoyens

Beaucoup de citoyens ont exprimé leur insatisfaction face à l’absence d’ une véritable politique dans le cadre des campagnes de rassemblement des mendiants et des sans-abri pour déterminer leurs identités et de trouver une solution à ce problème sociologique récurent.

Kamel Hadri

 


le 17 octobre 2015


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
17 octobre 2015

2 Commentaires pour “LE PHENOMENE DU VAGABONDAGE ET DE LA MENDICITÉ S’ACCENTUE A SIDI BEL-ABBES. Mais où sont donc passé les services sociaux?”

  1. alger-newyork

    Incoruptible
    La mendicité d’un adulte n’est pas une honte en soi, car la vie est imprévisible,
    personne n’est à l’abri de la mendicité et en Europe et au canada ce sont des chaines longues devant les supermarchés ou les Églises pour recevoir une boite de conserve avec date de péremption arrivée à terme..
    C’est vrai le problème, ce n’est pas les adultes mieux mendier que de braquer ou voler mais le problème des petits enfants qu’il faut mettre à l’abri et sanctionner sévèrement l’adulte qui les exploite
    Si tu veux mendier! mendie toute ta vie! ça te regarde mais n’exploite pas les enfants ou les handicapés..
    La police de l’environnement dans sa ronde doit mettre à l’arrêt ces mendiants avec enfants et donner l’enfant à la sécurité sociale et traduire le mendiant en justice..le juge va ensuite statuer sur l’avenir de l’enfant.

  2. Incorruptible

    Si le phénomène de la mendicité a fait surface en ville avec l’arrivée massive des réfugiés syriens qui eux aussi sont bien répartis dans des coins stratégiques de la ville (feu de croisement des rues, passage des rails, station d’essence etc…) avec leurs enfants en bas age mais un autre problème encore plus dangereux sévit en ville, c’est l’arrivée de ces déréglés mentaux qu’on ne peut distinguer dans la foule que lorsque l’un d’eux brandit une arme ou te jette une grosse pierre dans la figure. Avant hier , en plein centre ville, au niveau des quatre horloges, un automobiliste s’est vu bombardé d’un gros caillou par un individu qui s’est éclipsé après avoir cassé la vitre de la portière avant du véhicule neuf. Surpris le pauvre automobiliste n’a rien pu faire sauf contemplant le déréglé qui continua son chemin le plus normalement du monde, même pas la police dans les environs pour l’appréhender.

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00