En marge de la commémoration de l’anniversaire de la création du GPRA (gouvernement provisoire de la république algérienne) qui s’est tenue ce jeudi au siège du rectorat de l’université Djillali liabesse de sidi bel abbés, et dont y assistèrent le wali, le p/apc, le recteur ainsi que les autorités civiles et militaires, le premier responsable de l’université Mr KHALFI AHMED a tenu a préciser qu’il n’a aucun problème avec l’UGEL (union général des étudiants libres). « Le bureau de l’UGEL était fermé depuis plus d’une année pour cause de problèmes intérieur de l’union» confit le recteur, et d’ajouter « la porte du dialogue n’a jamais été aussi ouverte qu’aujourd’hui aux étudiants ».

Mr KHALFI rapporte que les membres de l’UGEL l’on contacté pour leurs remettre les clés du bureau avant qu’ils soient agrées, chose que le recteur a refusé jusqu’à ce que l’autorité habilitée l’aurait informé par un document y afférent « je veux tout juste travailler dans un cadre réglementaire » explique KHERARFI.

Les membres du bureau ont été satisfaits de cette résolution. La seule contrainte, au moment où ils ont ramené l’agrément qui les autorise légalement à occuper le bureau pour activer dans le cadre de cette union, les clés se trouvaient en possession des anciens locataires. Le recteur a demandé aux membres accrédités de trouver un terrain d’entente avec leurs collègues qui s’accaparent des clés se disant entièrement d’accord d’unir les efforts pour le seul regain des étudiants et l’université en général. « Les clés ont été ramenées, j’ai constitué une commission qui devait les assisté à l’ouverture du bureau, des photos ont été prises et tout était rentré dans l’ordre » enchaîne Mr KHALFI.

Le recteur a tenu à préciser par ailleurs que l’université fut atteinte dans sa stabilité par des voix inconscientes qu’il a qualifiées de « voix de la diffamation » précisant que le jugement se fait après avoir entendu les deux parties. Le vrai UGEL agrée par document officiel a d’ailleurs émis un éclaircissement dans un document signé que les perturbations qu’a connu l’union ont été définitivement résolues par le ministère de l’intérieur sur recommandation de l’autorité nationale à sa tête Mr MOSTEFA NOUASSA sous le n°49 du 19/08/2014, déduisant que ce qui était entrepris par le rectorat de l’université pour doter les représentants de l’UGEL de bureaux au niveau de chaque faculté a été fait dans un cadre réglementaire en application des lois.

L’UGEL nie en bloc certains agissements de personnes qui n’ont aucune relation avec la famille universitaire, faisant allusion à une personne qui a quitté l’université depuis longtemps et qui serait prononcé en leurs noms, ni d’ailleurs avec l’union, les incriminant d’œuvrer à casser la stabilité que connait l’université l’enfonçant dans des conflits dont elle n’en a nullement besoin.

Djillali Toumi

One thought on “Le recteur de sidi bel abbés « les voix de la diffamation assument leurs responsabilités »”
  1. dans les taches pédagogique des enseignants il ya l’obligation de consacrer des heures pour recevoir ces étudiants. cas de mise a jour des connaissance, ouverture de la copie d’examen devant l’étudiant pour lui montrer les erreurs, suivie de étudiants etc..Jamais par le passé cette obligation n’a été appliqué et pourtant son application est fondamental en pédagogie…Est ce les vises doyens de la pédagogie vont enfin appliqué la réglementation?? Si oui il y aura ordonnance du Recteur sous proposition du vice recteur de la pédagogie pour sommer les départements d’aménager pour chaque enseignant un bureau pour qu’il puisse recevoir ces étudiants, constituer un fichier suivie des étudiants, et faire des correspondances quotidienne vers le chef de département qui dispatchera les rapports vers la hiérarchie correspondante. . Ce qui se passait par le passé doit s’arrêter. On doit revenir vers la normalité.
    salutation

Comments are closed.