L’endoscopie chirurgicale entre en pratique La DSP doté d’un matériel de 126 millions de DA

Selon la lecture d’un communiqué de la cellule de la direction de la santé publique de sidi bel abbés, la chirurgie classique est du domaine des pratiques sanitaires révolues. La DSP a  acquis un nouvel équipement d’un coût global de 126 millions de dinars, pour traiter les pathologies rénales, plus particulièrement la lithiase rénale, et  les cancers urologiques  à travers des méthodes endoscopiques : une pratique médicale bannissant les incisions, et qui consiste en des examens spécifiques par organe.

Elle peut être utilisée soit pour un diagnostic, soit pour une intervention, appelée endoscopie chirurgicale : c’est une méthode d’exploration visuelle médicale de l’intérieur d’une cavité inaccessible à l’œil. L’instrument utilisé, appelé endoscope, est composé d’un tube optique muni d’un système d’éclairage. Lorsqu’il est couplé à une caméra vidéo, il peut retransmettre l’image sur un écran.

Le premier équipement est destiné  au traitement des calculs par laser, sans le recours à la chirurgie classique, de  lithiase de rein, de la vessie (cystoscopie),  et de l’uretère. Selon la même source, cinq patients dont une femme de 45ans, ont bénéficié de cette technique de pointe ces derniers jours.

Le deuxième équipement consiste en la colonne de cœlioscopie 3D, acquis pour la première fois  dans un hôpital public à l’échelle nationale, selon le professeur Ben Atta, médecin chef au service d’urologie, pour traiter  les pathologies urologiques bénignes et malines cancéreuses, par un traitement mini invasif.

Djillali Toumi

Facebook Comments
15 mars 2019

le 15 mars 2019


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
15 mars 2019

Les commentaires sont fermés

Nombre de Visites :

  • 1 908
  • 1 305