LES MENACES DE L’ABATTAGE CLANDESTIN DES CAPRINS, DES OVINS ET DES BOVINS

On rencontre souvent sur les grands axes routiers et dans les marchés hebdomadaires des vendeurs ambulants qui nous proposent de la viande de caprins, d’ovins, de bovins, de dindes ou de poules exposés carrément à l’air libre. Une activité qui a fini par faire partie du décor de ces lieux. Il faut croire que le contrôle de cette activité, informelle, faut-il le souligner, comme la lutte contre son exercice demeurent totalement absents ou sont au mieux sporadiques. Sinon, comment expliquer sa généralisation. C’est à croire que les personnes qui sont derrière cette activité illicite ne sont nullement inquiétées ou, si elles le sont, pas suffisamment au point d’abandonner l’abattage et la vente de carcasses de viande. Ce n’est pas avec une saisie de quelques carcasses qu’on peut décourager ces commerçants, lesquels n’hésitent d’ailleurs pas à reprendre du service pour justement amortir les pertes causées par la saisie.

Faut-il en déduire que cette activité est tellement lucrative qu’une opération de saisie ne saurait l’éradiquer ? Et qu’on ne saurait imaginé un marché hebdomadaire sans vendeurs ambulants de viande et des axes routiers sans la présence en des endroits précis de vendeurs à la sauvette de produits carnés ? Un état des lieux plus qu’alarmant Sur les axes routiers la présence de vendeurs de viande rouge se fait vite remarquer. Tout le long de certaines routes à grande circulation telle celle reliant les communes de Sidi Lahcene, Bedrabine et Lamtar des dizaines d’étals de fortune sont érigés de part et d’autre. Depuis fort longtemps des vendeurs à la sauvette de moutons et de brebis et qui, à la longue, se sont fait une renommée. Les personnes rencontrées devant ces étals ont reconnu qu’elles s’approvisionnaient en viande chaque fois qu’elles empruntaient cette route nationale. D’autant plus que la viande proposée est d’assez bonne qualité et à bon prix, révèlent-elles. Les prix affichés sont, certes, très attirants. On n’en dira pas autant pour la qualité, dès lors qu’on n’a aucune idée de l’état de santé de la bête abattue. Et quand bien même celle-ci serait saine, l’environnement dans lequel elle a été dépecée et celui dans lequel elle est ensuite exposée peuvent la rendre impropre à la consommation.

En effet, l’abattage, le dépeçage et l’éviscération s’opèrent à même le sol et au même endroit à longueur d’année, à proximité des étals. Il n’est pas nécessaire d’être spécialiste pour vite s’apercevoir que l’endroit même où ont lieu les abattages et les dépôts successifs d’abats, qui font le bonheur des chiens errants et de toutes sortes d’insectes dont les mouches qui, hiver comme été, pullulent sur les lieux et même sur la viande exposée, constitue un véritable bouillon de culture. Les vendeurs, conscients que la vue d’essaim de mouches sur les carcasses exposées peut dissuader les clients éventuels, entreprennent de les chasser avec des éventails de fortune de l’étal, du billot sur lequel est débitée la carcasse en quartiers de viandes -la vente se fait par quartier entier et non par petits volumes-, et du parasol abritant la viande et le vendeur des rayons du soleil. C’est dans ce décor, fait d’objets de récupération, qu’est exposée la viande parsemée de mouches et proposée à un prix, certes, alléchant, mais qui devrait être comparé à celui qu’on aura à débourser en cas d’intoxication. Car, dans un endroit où l’hygiène est totalement absente, il y a plus de chances d’y laisser sa santé que de s’en faire une à bon prix.

C’est pratiquement le même topo en ce qui concerne les viandes blanches, à la seule différence que l’abattage se fait à une plus grande échelle et dans des lieux quasiment inconnus. Selon des agents communaux du contrôle d’hygiène, c’est souvent dans les habitations des bouchers occasionnels ou de petits éleveurs ques’opèrent l’égorgement, le déplumage et l’éviscération. Après, les poulets sont entassés dans des bassines pour être acheminés vers le marché où ils seront écoulés sans que la cargaison fasse l’objet du moindre contrôle. Nos interlocuteurs et des vétérinaires reconnaissent que, dans le circuit de la volaille, l’abattage clandestin estimportant en volume. Il faudrait tout une armée d’agents communaux pour venir à bout du phénomène et, souvent, il nous arrive de ne pouvoir rien faire quand les abattages se font dans les maisons mêmes des auteurs de cette pratique illicite.

Des tentatives d’éradiquer le fléau quand il se fait au vu et au su de tout le monde ont vite avorté, ou ont été rendues moins illégales, c’est le cas, par exemple, de la non moins célèbre commune de Tessala, Telagh et Daya. En somme, les abattages clandestins sont, dans la plupart des cas, l’œuvre de bouchers occasionnels, cela pour dire que cette pratique est devenue des plus banales et fait partie de notre quotidien, mais à différents degrés, dans la mesure où c’est plutôt dans les petites villes et dans les zones rurales que l’abattage clandestin est important. Dans la ville de Sidi Bél-Abbès, il est, certes, moins important le contrôle étant plus régulier, toujours est-il que toute la viande fraîche disponible dans le marché n’est pas entièrement contrôlée. Les abattoirs clandestins remplacent peu à peu ceux officiels Sur le terrain, les chevillards et les bouchers abatteurs sont de moins en moins nombreux à fréquenter les abattoirs officiels fuyant ainsi la transparence dans leur activité et la refusant même, car elle engage ces derniers à ne ramener sur ces sites que des animaux en bonne santé ou de qualité et à déclarer tout l’abattage qu’ils opèrent.

Des conditions qui ont poussé certains à trouver une alternative qui leur soit avantageuse, dans les abattages privés, appelés communément tueries. Lors de notre passage à l’abattoir communal de Sidi Bél-Abbès, on apprendra de la bouche d’un responsable que la wilaya en compte pas moins de neuf où les professionnels les sollicitant bénéficient de l’estampille vétérinaire par l’effet de contournement du contrôle sanitaire des plus acrobatiques, ce qui permettrait aux abatteurs de réduire les coûts d’abattage et de sauvegarder leur marge de commercialisation. Cette situation, souvent conflictuelle, a induit une régression des abattages contrôlés sur une longue période ou, en d’autres termes, elle s’est accompagnée d’une forte croissance des abattages non contrôlés. Des bouchers de la ville du chef lieu de wilaya, nous ferons savoir que seul l’abattoir de la commune de Sidi Bél-Abbès subit réellement un contrôle sur les abattages, quant à ceux en gérance privée, ils accueillent les chevillards et les bouchers abatteurs qui sous-déclarent les volumes abattus, affirment nos locuteurs.

Délabrement des abattoirs officiels, lors de notre passage aux abattoirs, entrés en activité, équipées de moyens mécaniques pour faciliter la tâche et accélérer le rythme de dépeçage et de l’éviscération, nous constatons que les installations en place sont à l’abandon. Il ne reste plus rien en marche. Tout se fait manuellement, l’investissement consenti est parti en fumée. La détérioration a commencé dès les premières années de leur entrée en activité. Ils travaillent dans des conditions assez difficiles et, comme nous pouvons le constater de visu, nous sommes retournés à l’ancien système archaïque depuis l’arrêt de la chaîne mécanique. Non sans souligner, tous les responsables, qui se sont succédé depuis la réception du site ne sont jamais arrivés à gérer et à entretenir le matériel, et, du coup, nous pouvons constater où nous en sommes maintenant. De l’abattoir moderne, il ne reste plus qu’un lointain souvenir. Il convient de rappeler, au passage, qu’entre les pouvoirs publics de l’époque avaient décidé de multiplier le nombre d’abattoirs équipés d’installations modernes sur tout le territoire national, du moins dans les grandes villes afin de contrôler efficacement le maillon abattage et d’assurer le contrôle sanitaire ainsi qu’une meilleure maîtrise des flux de bêtes destinées à l’abattage, pour mieux réguler le marché de la consommation de la viande fraîche.

Dès lors, et en se référant à l’état des lieux actuel de l’abattoir de la commune de Sidi Bél-Abbès, on se demande si les autres connaissent le même sort. Pour en savoir plus, nous avons tenté d’interpeller notre source, lequel s’est empressé d’annoncer quelques réalités, notamment sur l’insalubrité des lieux. Par contre, il nous dira que, jusqu’à une certaine époque et devant le laisser-aller, les autorités locales avaient décidé de mettre en adjudication l’abattoir, ce qui semblait pour eux l’unique alternative pour que l’établissement puisse fonctionner et, par la même, remplir sa mission, depuis, c’est le désintérêt total. Et ce dernier de nous faire remarquer, que le nombre de tuerie ne cesse d’augmenter dans notre wilaya, Maquignons, chevillards et bouchers abatteurs préfèrent les tueries pour des raisons que tout le monde connaît, pour un contrôle sanitaire moins rigoureux et pour échapper au fisc, le nombre de bêtes abattues n’étant pas déclaré, comme ce n’est pas le cas dans l’établissement, chez ces gens-là, on préfère travailler dans l’opacité pour assurer des marges bénéficiaires importantes.

Ainsi, on pourrait déduire que les tueries en activité, dûment autorisées, font office d’abattoirs officieux où le contrôle sanitaire n’est pas assez poussé, faisant ainsi l’affaire des bouchers-abatteurs et autres chevillards sans scrupule, pour qui le gain passe avant la santé des citoyens. Ici, l’estampillage est établi sur les carcasses avec une facilité déconcertante. C’est ce qui explique en partie l’écart de prix d’un quartier à l’autre de la ville de Sidi Bél-Abbès, cela pour dire que le produit carné échappe aux contrôles vétérinaires. De plus, il est vendu à un prix inférieur par rapport au contrôlé. L’abattage clandestin a encore de beaux jours, faudrait-il ainsi faire le lien entre pouvoir d’achat et forte croissance des abattages non contrôlés ? Un abattage réalisé dans une totale illégalité et sans la moindre précaution sanitaire. Est-ce à dire que l’abattage non contrôlé a encore de beaux jours ou doit-on se fier aux déclarations des autorités compétentes selon lesquelles toutes les viandes sont rigoureusement contrôlées, en sous-entendant par-là que les volumes de viande non certifiés proposés sur les étals des boucheries sont infimes et qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter ? C’est à cela que le consommateur veut arriver, acheter de la viande fraîche de qualité. Quant à la question de la traçabilité des produits carnés, c’est une autre paire de manches et ce n’est pas demain la veille que cette exigence commerciale sera instaurée, en raison de la non-maîtrise du nombre réel d’éleveurs d’ovins et de bovins. Consommer de la viande certifiée sans savoir pour autant d’où elle provient, telle est pour l’instant la donne et devra s’en contenter le consommateur, en attendant que le marché de la viande soit entièrement contrôlé dans tout son circuit

Kamel Hadri


le 19 février 2016


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
19 février 2016

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00

Nombre de Visites :

  • 254
  • 7 299