OULED BEN BENDIDA un patelin oublié

DSCF1373Un peut comme si l’horloge du temps a marqué un arrêt dans l’histoire. Ici, sur place l’on s’imagine que la machine du temps nous a renvoyé un demi-siècle avant au contacte d’une civilisation qui nous est proche mais lointaine. Des pistes qui n’ont jamais côtoyé l’évolution de l’asphalte et du bitume depuis même avant l’indépendance, des excavations et des nids de toutes sortes d’oiseaux en abondance défiant les piétons et voitures qui s’y aventurent.

S’il vous arrive d’être pris au piège par malchance d’un imprévu dans cette aire, ne ménager surtout nul effort d’y pensé où poser vos pieds, laissez le hasard vous guidé et surtout priez dieu de vous en sortir indemne sans égratignure sans toute fois lancer votre sortilège sur ceux qui étaient et sont la cause. De grosses pierres éparses en saillie, partout, que des pluies lointaines et récentes ont librement confectionnée loin des inquiétudes des élus et de l’autorité au plaisir des infortunés par les effets de l’érosion.

Les eaux pluviales ici n’ont point ou allées que de tournicoter à dégrader d’avantage le paysage et alourdir l’existence des riverains, les avaloirs sont d’un langage étranger, tout nage sous la pluie en hiver, l’automne, témoignent ces jeunes, le vent fait ce qu’il veut des molécules affaiblies par la chaleur et les marches en procession de tous les jours des moutons infectant le ciel comme si le malheur en bas n’aurait suffit tout seul.

Partout où les yeux atterrissent trainés par la curiosité d’une similitude entre habitant et habitation c’est l’étonnement qui se dresse devant comme un mystère qui parait à un certain moment logique. À force d’y vivre et subir, y admettre et s’y habituer devient une deuxième nature ou, la souffrance semble apprivoiser une gaité disparate. Les artères et les ruelles, si l’on ose les appeler ainsi donnent l’image d’un lieu ancestral que des générations bien lointaine auraient parachevé l’éclosion à une phase primitive. L’on comprend après tout cela la raison de cette mystérieuse force sournoise : si la vie doit nous malmené, c’est qu’au fond  elle nous aide à résister à la misère.

Une commune ! Non, sauf cela ;… il relève de la circonscription du chef lieu communal de BOUKHANEFIS distante de 16 KM de la ville de sidi bel-abbes à quelques minutes de trajet seulement et d’une durée moindre du chef lieu de la communes dont-il dépend administrativement. Et pourtant, aucune influence développementale même minime. Une image nébuleuse se manifeste à chaque recoin dénonçant des prévarications des élus qui se sont succédé depuis 50 fêtes d’indépendances qui n’ont fait émergées aucun signe ou fruit de liberté.

Une bourgade ! Non, c’est trop pour lui un classement à ce titre. Un douar ! Peuh non plus,… ces village arabes comme on les appelait avant donnaient de la chaleur d’y vivre, d’y exister même dans un état délabré, ils avaient leur propre classe de la civilisation bédouine. L’activité appropriée et la chaleur humaine faisaient de ce regroupent d’habitation et de ces gens simples qui y logeaient un milieu de vie agréable et supérieur au mode de l’instant, du moment qu’il n’y avait presque rien.

Tout s’y trouvait, du moins personne n’en manquait d’œufs de poules arabes ni de lait de chèvre qu’on prescrit aujourd’hui pour l’allaitement des enfants malades à 120 dinars le litre, de viande de lapin, de chèvres et d’agneaux, ni de lait de vache, de petit lait qu’on donnait gratuitement à tout venant et en place à ceux-là qui demandaient de l’eau en guise de prodigalité, et tellement d’autre simples belles choses qui surpassait les insuffisances de l’instant.

à force d’en savoir plus sur le droit d’une existence digne de l’être humain, à force de se rappeler qu’il existe une constitution et des lois qui prescrivent la garantie d’un minimum de respect à la vie humaine, à force de trop savoir sans pouvoir avoir, sans rien avoir, à force de penser que toutes ces belles simples choses ont de leur coté disparu, à force de conclure qu’on n’a pu ni préservé ce qu’on avait ni progressé vers l’avant, l’on déduit à chaque tournant dans ce tas, complètement isolé que le contraste a définitivement tourner le dos à la beauté de la simplicité et au développement plongeant cette aire dans une fange de l’indifférence. L’on pense que si réellement certains endroits et certains citoyens natifs font réellement partie de l’Algérie ! qu’il y’a réellement un équilibre social dont une classe bien définie à pris et prend de force la responsabilité de garantir sans la garantir.

Les jeunes sans job ont appris à consommer leurs âges sans bruit sans bousculer personne, le chômage leur est d’apparence familier. L’âge qu’ils cumulent dans leurs vies respectives et différentes ne s’entend pas d’ailleurs avec leurs silhouettes flétries et d’air impassible. La cigarette qu’ils chérissent comme compagnon fidele, le mal de vivre qui colle à leur chair ont fait d’eux des blafards plus âgés que leurs âges. Le temps qui a pris tout son temps dans cette société sans assistance a incroyablement sculpté son sentier dans le désert de la résignation.

Ces gens ont appris à vivre dans ce climat qui s’étreint chaque jour d’avantage par des nuées de marginalisations manifestées à chaque atterrissage de plus en plus curieux de la vue, leurs cris sont devenues de nature poussifs d’apparence ordinaires,  leurs traits portent des messages de douleur qu’ils arrivent à peine à cacher, leur regard presque identique sauf exception de physionomie parle à travers des ondes télépathiques un langage chronique. Ils ont tout bonnement acquis la science de souffrir sournoisement, apprivoiser la souffrance sans souffrir.

Vulnérabilité ! Ténacité !… Des exclamations. Un mystère lancinant qui pousse à d’avantage de curiosité de comprendre l’impuissance de l’infamie à tordre des êtres affaiblis ou la rudesse forgée par le temps qui rend indifférent ces gens devant l’insupportable. La misère n’est elle pas une école qui forme des hommes ? Jusqu’à preuve de l’injustice oui ! La misère ici est sentie partagée elle devient alors mystérieusement bénéfique. Parce que dans le cas contraire son contraste est l’aboutissement fatal à ces fléaux qui infeste la vie de la société.

Rien, il n’y a rien, absolument rien. L’endroit est tout simplement meurtri, même le ciel ne vit pas en dessus, ni la pluie ni le soleil ne trouvent de barrière nuptiale harmonieuse de volatiles qui donnent par leur absence le pressentiment d’avoir fuit ce mode de vie. Un ami disait « qu’on me laisse ici juste un quart d’heure, si je ne meurs pas de chagrin alors je déphase».  La majorité des jeunes d’ailleurs, sont absents durant toute la journée et ne reviennent que pour dormir tardivement le soir. Les autorités sont responsables de cette situation de grande désolation. Le mystère qui se forge en toute discrétion dans ces cœurs et esprits serait comparable à une bombe à retardement. Le terrorisme n’avait aucune peine à loger en assurance et trouver refuge dans ce patelin, des vies même en disparues.

Cohérence mystérieuse entre force et fragilité, qui fait hésiter de se lancer dans un premier jugement, de peur de tomber dans le piège du ridicule de tout novice. Ces gens sont-ils à leur aise ou, ont-ils adapté leur mode de vie à leur entourage dénudé d’impulsion rêveuse… Pourquoi cet état d’âme inconditionné avec une existence qui ne manifeste d’apprenne aucune condition  ni d’ailleurs simple revendication ?

De toute façon, si ces gens devaient manifester leurs colères, hurler leur cris, ils ne devraient le faire qu’à l’intérieur en secret par pur vertu à les voir sourire malgré tout et par-dessus cela sans perdre le délice de l’hospitalité.

Djillali Toumi


le 18 février 2014


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
18 février 2014

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00