Les Archives de Bel-Abbes.info

SUS À POUTINE !!!

Le 12 mars dernier, je vous avais entretenu des “Manipulateurs du dimanche”. Le billet d’aujourd’hui est du même tabac.

Le service public d’information a en principe deux missions principales : informer (SIC) et offrir au public un canevas d’interprétations des événements, de préférence des idées tranchées et opposées, laissant soin aux auditeurs, aux lecteurs, aux téléspectateurs en un mot aux citoyens, de se faire leur propre opinion.

Ce n’est pas ce que l’actualité de ces médiums nous offre. On assiste plutôt à une sorte de guerre de l’information et de la propagande dignent de ce que l’on a pu voir lors de la seconde guerre mondiale ou de ce que l’on peut lire dans Orwell, à tort jeté à la figure de ceux que l’on accuse de le symboliser.

Une vague anti-russe, ces dernières semaines, a déferlé sur les auditeurs et téléspectateurs français et aussi sans doute européens et mondiaux (je n’ai pas vérifié). Le service public d’information s’est déchaîné : multiplication de scoop, d’émissions, de reportages, d’interviews, de nouvelles à toute heure du jour et de la nuit.

Impossible d’y échapper. Même ARTE qui prétend au sérieux et à la neutralité s’y met. Et pas qu’un peu.

« Dictature militarisée, hégémonie, « pays menaçant, surarmé, un peuple hystérique, revanchard et fanatisé, idéologie totalitaire »… Une pluie de noms d’oiseaux derrière laquelle se cachent des officines mondialisées habituées, entraînées à l’intox, à la manipulation des opinions publiques et qui s’expriment ouvertement.

L’islamophobie, pendant quelques jours a laissé la place à une « poutinophobie ». On n’a pas besoin de théorie du complot pour observer à loisir ces machines en œuvre.

Je vous recommande d’écouter leurs émissions : par exemple celle qui passe tous les samedis et dimanche sur France Culture. et pour l’exemple je vous propose celle de Christine Ockrent, une professionnelle de la manip dont je joins plus bas un extrait de la biographie qui n’a pas été fabriquée par le KGB ou la Pravda, mais accessible à tout le monde sur wikipedia que je viens de consulter.

Cette cocote, à la tête du nec plus ultra de la culture nationale publique française, fait feu de tout bois. Membre de tous les organismes de subversion occidentale dominés par Washington, la compagne de B. Kouchner dont la fidélité à l’atlantisme et au sionisme n’est plus à démontrer, est au cœur d’un réseau multiforme : Le Siècle, le groupe Bilderberg (1984, 2007 et 2008), le think tank Centre for European Reform, l’IFRI, l’International Crisis Group, l’Institut Aspen France, RSF, la French-American Foundation…

Et certainement à bien d’autres dont on n’a pas connaissance. Son émission d’aujourd’hui a atteint des sommets.

Emission « Affaires étrangères » France Culture, S. 17 mars 2018, 11h-12h.
En direct du Salon du Livre.

Avec Christine Ockrent on a remonté le temps et on a retrouvé intacts les délires anticommunistes primaires qu’elle prêchait dans sa jeunesse.

Les Russes ne sont sûrement pas des enfants de chœur. Mais alors en face… c’est le paradis de la libre expression. Vive Orwell !

Pas un poil qui dépasse : dans cette émission d’une très grande liberté d’expression, il n’y a pas une seule voix qui jure. Dans cette caserne de l’esprit, tous les petits soldats sont alignés sur les mêmes clichés. Uniformité et déclamations monocolores antipoutiniennes.

Il y a même une « soviétologue » patentée qui rappelle Carrère d’Encausse « immortalisée » pour services rendus : la fille de René Thom, médaille Fields de grande culture et de grande envergure. Françoise Thom historienne antirusse militante fait une démonstration magistrale et rassurante : l’intelligence n’est pas héréditaire.

Recommandations.

Je recommande à tous mes correspondants de ne jamais envoyer leurs réactions aux chaînes de tV ou de radio et à leurs « modérateurs ». Ils ne répondent pas et n’affichent pas vos réactions. Vous ne faites que les « renseigner » et alimenter leurs banques de données.

D’une manière générale, je recommande de ne jamais répondre aux questions qui vous sont adressées au sondages, enquêtes… par téléphones, par mail ou par tout autre moyen, concernant vos opinions, vos consommations, vos chaînes de TV préférées, la composition de votre famille…

Vos réponses contribuent et alimentent des big datas qui permettent par croisement de circonscrire l’espace de vos libertés. Ces machines privées et publiques ne visent pas à améliorer votre confort, la qualité des produits qui vous sont proposés.

Sous des dehors de liberté et de démocratie que ces machines ont à la bouche mais ne pratiquent absolument pas.Ces émissions en font une large démonstration.

Djeha ne transmets plus ses billets d’humeur à un certains nombre de médias notoirement identifiés comme les courroies de transmission de pouvoirs transnationaux voués à l’asservissement des populations et à la destruction des structures sociales, politiques, économiques, culturelles qui leur résistent. Inutile de vous en faire la liste, vous la connaissez.

Djeha,
S. 17 mars 2018

BIOGRAPHIE DE CHRISTINE OCKRENT

Directrice générale déléguée de l’Audiovisuel extérieur de la France

Présentant une fois par mois sur TV5 entre 2002 et 2006, et tenant chaque semaine un billet de six minutes (trois en français et trois en anglais) sur France 24 de mars 2007 à février 2008, elle est nommée le 20 février 2008 directrice générale déléguée de l’Audiovisuel Extérieur de la France. Elle devient également directrice générale de France 24 et directrice générale déléguée de RFI, en remplacement d’Antoine Schwarz, sur proposition d’Alain de Pouzilhac, étant de ce fait numéro 2 de la radio. À la suite de cette nomination, elle quitte France 3 qui décide d’arrêter son émission Duel sur la 3 et elle arrête également ses participations à l’émission de Laurent Ruquier On va s’gêner sur Europe 1.

En août suivant, le licenciement du journaliste de RFI, Richard Labévière, auteur d’une interview du président syrien Bachar el-Assad, est critiqué en tant que « licenciement politique » et dénoncé par l’intéressé comme une volonté d’alignement éditorial de la station par Christine Ockrent sur une orientation pro-« israélo-américaine ». Scénario contesté par d’autres journalistes et par Alain de Pouzilhac.

Le 14 décembre 2010, les directeurs de la chaîne France 24 décident de ne plus assister aux réunions en la présence de Christine Ockrent, empêtrée dans une enquête en cours, sur l’espionnage impliquant l’une de ses collaboratrices. Deux jours plus tard, 85 % des salariés de la chaîne France 24 ont voté une motion de défiance à l’encontre de Christine Ockrent, directrice adjoint de l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF) depuis 2008.
 
Elle annonce en mai 2011 qu’elle quitte son poste à l’AEF, à la suite de vives tensions avec Alain de Pouzilhac.
 
À partir du 2 février 2013, Christine Ockrent anime l’émission Affaires étrangères, axée sur la géopolitique, sur la station de radio France Culture, tous les samedis de 12h45 à 13h30, puis de 11h00 à midi.
Cercles d’ententes
 
Christine Ockrent participe au club français Le Siècle. Elle participe également à plusieurs reprises aux réunions du groupe Bilderberg (1984, 2007 et 2008), cercle fermé de l’élite politique et financière internationale.
 
Elle est membre du comité consultatif du think tank Centre for European Reform, administratrice de l’IFRI et de lInternational Crisis Group.
Elle a été membre du conseil d’administration de lInstitut Aspen France et de RSF.
Lors du 30e anniversaire de la French-American Foundation, elle était membre du comité d’honneur. Elle est également membre d’un programme de cette fondation.
 
Engagée pour la cause européenne, elle est enfin l’une des cinq journalistes avec Caroline de Camaret, Quentin Dickinson, Guillaume Klossa et Jean Quatremer à figurer au comité d’honneur du 50e anniversaire du traité de Rome.
 
« Ménages »
 
Christine Ockrent a également loué ses services à des entreprises privées pour animer des évènements promotionnels, ce qu’il est convenu d’appeler faire des « ménages ».

 
18 mars 2018

le 18 mars 2018


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
18 mars 2018

Les commentaires sont fermés

Visites :

  • 8 041
  • 7 974

HORAIRE TRAIN ( site : sntf.dz)

Départ - Arrivée

ORAN - SBA
07h30 - 08h35 (*)
08h40 - 09h44 (**)
12:50 - 13:55
15h20 - 16h25 (**)
16h00 - 17h05 (*)
17h00 - 18h22
19h40 - 20h43(***)
22h40 - 23h45(***)
23h30 - 00h35(****)

(*) vers Tlemcen
(**) Vers Saida
(***) vers Bechar quotidien
(****) vers Bechar Sam/lun/Mer

SBA - ORAN
03h30 - 05h00 (***)
05h40 - 07h00
06h12 - 07h25 (***)
07h06 - 08h09 (*)
07h42 - 09h00 (***)
08h30 - 09h30 (**)
11h20 - 12h22 (*)
16h29 - 17h26 (*)
18h51 - 19h57 (**)
(*) venant de Tlemcen
(**) Venant de Saida
(***) venant de Bechar

ORAN ALGER

06h10 - 11h15
08h00 - 12h00(*)
12h30 - 18h00
15h00 - 19h30(*)
17h00 - 21h07

(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 - 11h25
08h00 - 12h00(*)
10h00 - 14h10
12h30 - 18h00
15h00 - 19h00(*)

(*) rapide

ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51

TLEMCEN - ORAN
05h50 - 08h09
10h30 - 12h49
15h30 - 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 - 16h22

MAGHNIA - ORAN
08h50 - 12h22
14h05 - 17h05

TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 - 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 - 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 - 07h15
13h30 - 14h31
17h02 - 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h15 -- 08h14
09h30 - 10h34
15h05 - 16h05
ORAN - CHLEF
16h40 - 19h13
CHLEF - ORAN
04h30 - 07h15
ORAN - SAIDA
08h40 - 11h17 nouveau
15h30 - 18h00
SAIDA - ORAN
05h00 - 07h30
17h20 - 19h57 nouveau
ORAN - BECHAR
19h40 - 05h50
22h30 - 08h15 (Sam,lun,mer)
BECHAR - ORAN
19h40 - 04h50
22h00 -7h16 (Sam,lun,mer)