20/20, LA PERFECTION A UN PRIX, MAIS LEQUEL?

Je me rappelle, jeune étudiant à Rennes, de l’euphorie et de la fierté que les Bretons avaient ressenti quand l’un des leurs, Yann Queffelec, avait reçu le prix Goncourt pour son roman “Les noces barbares”. Pendant l’année qui a suivi cette consécration littéraire suprême tous ses compatriotes n’avaient d’yeux que pour lui. Du “Yann” par ci, du Yann par là, et le petit dieu était devenu un symbole et son nom était sur toutes les lèvres.

Mais Yann Queffelec n’avait pas pu rééditer son exploit. Il n’avait pas pu se surpasser ni au moins être égal à lui-même. Il n’avait pas pu produire un roman meilleur que les Noces ou au moins d’égale qualité alors que toute la France attendait de lui un second succès. Certes, il avait produit quelques romans, mais qui n’ont pas fait date. La pression que le succès avait exercé sur lui et l’incapacité de voler aussi haut que la première tentative avaient fait sur lui un très mauvais effet et conséquence, longtemps il sombra dans l’alcool.

Les Noces barbares était le premier roman produit par Queffelec à l’âge de 36 ans. Avec cette œuvre, il a atteint la perfection dès le premier jet. Mais le drame pour l’auteur fut qu’il ait atteint la perfection au premier jet. Or quand, jeune ou débutant, on atteint la perfection on ne se laisse plus aucune marge pour la progression, et alors, sauf exception, ou on stagne ou on régresse forcément. Et si on continue dans la même activité sans progresser, on est fatalement pris dans le piège des revers de la médaille du succès prématuré.

Tout porte à croire que le même drame frappe notre Daoud national qui, après son premier produit (Meursault contre-enquête), frôla les cimes (le Goncourt) et qui, depuis, devient presque stérile, ne produisant que des navets (Zabor et Son œil dans ma main), et se contentant d’un travail indigne des grand créateurs, aux ordres et en sous-main.

Je ne me souviens plus du nom du coureur de fond jamaïcain qui, durant la même période des Noces barbares avait lui aussi battu le record du monde de sa discipline, les 100 m, et qui, n’ayant pas pu atteindre son propre record, tomba dans la d’échéance.

Moralité de toutes ces histoires est qu’il ne faut pas se réjouir des grandes performances quand elles viennent trop tôt et que la perfection n’est pas forcément une bénédiction. En effet, combien de nos enfants prodiges n’avons-nous pas fêté leurs exceptionnels succès pour apprendre par la suite à quel point ils étaient devenus tristes et malheureux faute d’avoir bénéficié de tous les soins et tous les accompagnements que leur fragilité exige.


on 30 June 2022


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
30 June 2022

Leave a Reply

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
15h20 - 16h25 ()
15h50 - 17h01 (*)
17h10 - 18h21 ()
17h00 - 18h22 (+)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
05h40 - 06h58
06h58 - 08h18
09h20 - 10h22
10h34 - 11h42
12h06 - 13h10
ORAN - ALGER (Agha)
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07 (*)
12h30 - 17h54 (*)
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER(Agha)- ORAN
06h10 - 11h25
08h00 13h15 (*)
10h35 - 15h10
12h30 - 17h54
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
TLEMCEN- GHAZOUET
GHAZOUET- TLEMCEN
ORAN - TÉMOUCHENT
TÉMOUCHENT - ORAN
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
08h00 10h19
10h00 12h00
12h30 14h53
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
06h50 09h15
10h44 13h15
12h13 14h09
15h12 17h54
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h00 Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h00 05h00 Diesel

Nombre de Visites :

  • 8,131
  • 5,727