Algérie poste : Le fléau de la liquidité, un drame social et santé publique menacée

Insupportable, c’est le moins qu’on peut trouver comme refuge à une schizophrénie persistance provoquée par ce manque de liquidités dans les bureaux de poste. Un problème qui dure depuis presque deux ans, il devient par la force d’en vivre et  trop en parler, un quotidien, un mal, une douleur habituée qui reste malgré tout source de souffrances plurivoque qui s’agrippe en enflant le lot de la désespérance.

Le drame semble intégrer à jamais un parcours qui mène tout droit à l’asile. La tension  ne manque pas. Chaque jour des bagarres. La dépression semble par le fait de voir chaque jour des hommes et des femmes de tout âge s’écrouler  en perdant conscience,toucher toute personne osant s’approcher de ce périmètre électrique.

Le personnel, entre  le marteau et l’enclume, semble en apparence, lâché à une réalité morbide. Ne sachant quoi rependre à un client dans ses droits plutôt dépassé par les événements, nullement disponible à supporter davantage, il devient en balbutiement à reprendre le même message frissonnant après toute cette durée,  une personne soupçonnée de mensonge même en disant la vérité.

Le combat reste restreint, le débat se cadre pécuniairement. Le temps semble d’un seul coup marquer  son arrêt définitif. La chaine de l’échelle hiérarchique donne l’impression d’être coupée en deux, ceux du bas du  poste avancé sans soutien  d’un langage officiel apaisant et ceux d’en haut de l’arbitraire loin de la réalité.

Les instructions pressées par des inattendus sociaux comme solution d’urgence, complique la bonne marche du service. Le chèque de secours par enchantement moyen de répit, se constitue par malheur le pas vers la prison pour les agents. « L’homonymie reste incontrôlable pendant le payement »disent les guichetiers.

Beaucoup d’entre eux se trouvent victimes de décisions provoquées dont-ils ne peuvent que subir les conséquences. Quant au client, sans trop de choix, même s’il est satisfait de ce refuge insidieux, il en demeure par conséquent une victime potentielle de malfaiteurs et de ce climat favorisant de telles pratiques. « Les réclamations des titulaires de comptes constituent une preuve tangible »expliquent un guichetier.

Pris en piège, semblable, d’absence d’information apaisante, l’agent et le client séparé par un comptoir sont livrés à un duel permanent. Le personnel des bureaux de postes devient en majorité dépressif. Les maladies chroniques engendrées par ce climat de névrose sont de billets ouverts gratuits à un âge miraculeusement « débuté ». Le secteur de la poste à la wilaya de sidi bel-abbes comptabilise plus de 50 malades chroniques. Et le nombre risque de devenir alarmant devant ce décalage manifeste de solutions adéquates urgentes. Le client est loin d’être épargné dans ce silence injustifié.

Banque ? …Poste ?…la pénurie semble planer sous un nuage dont aucun responsable des deux entités ne veut illuminer. Les questions sans réponses deviennent embarrassantes auxquelles, répondre, engage une responsabilité à un incident incontournable. Le client et l’agent n’arrivent pas à trouver le chemin d’une réconciliation, un terrain d’entente.  Chacun d’eux craint le contact forcé.

Les responsables de l’autre rive de l’échelle ne semblent guère inquiétés. Le problème expire presque sa deuxième année et l’urgence perd incroyablement avec le temps sa valeur profonde, l’intervention alors ne sera pas d’option. Dans ce laxisme et absence d’intervention rapide, les bureaux de poste deviennent un véritable ring où tout est permis. Les services d’ordres sont omniprésents, autrement, « l’enfer serait préférable »raconte un agent.

Pourtant, ajoute un retraité, « les agents de la poste rependent aux attentes du client en travaillant parfois des vendredis comme hier et font la permanence toutes les nuits pendant tout le mois de ramadan pour le seul but que ce client soit satisfait. Si leurs  efforts restent  insuffisants c’est du, plus au manque de moyens et une prise en charge réelle, rapide aux différentes entraves.

 

 

 

 


le 02 octobre 2011


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
02 octobre 2011

1 Commentaire pour “Algérie poste : Le fléau de la liquidité, un drame social et santé publique menacée”

  1. camelion131

    c’est simple algerie poste au lieu de faire parvenir l’argent aux bureau payeurs a obligé le client a se deplacé a la grande poste pour retiré leur argent..

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
15h20 - 16h25 ()
15h50 - 17h01 (*)
17h10 - 18h21 ()
17h00 - 18h22 (+)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
05h40 - 06h58
06h58 - 08h18
09h20 - 10h22
10h34 - 11h42
12h06 - 13h10
ORAN ALGER
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07 (*)
12h30 - 17h54 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
08h00 13h15(*)
10h00 - 14h09
12h30 - 17h54
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
TLEMCEN- GHAZOUET
GHAZOUET- TLEMCEN
ORAN - TÉMOUCHENT
TÉMOUCHENT - ORAN
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
08h00 10h19
10h00 12h00
12h30 14h53
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
06h50 09h15
10h44 13h15
12h13 14h09
15h12 17h54
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia

Nombre de Visites :

  • 725
  • 5 978