BRAS DE FER BELKHADEM-OULD KABLIA : La tension s’exacerbe

Nous apprenons de sources sûres que le ministère de l’Intérieur n’a pas autorisé les six rencontres régionales du secrétaire général du FLN destinées à contrer ses détracteurs.

Il n’y a pas de fumée sans feu. A vingt jours de la tenue de la session ordinaire du comité central du parti du FLN, prévue du 31 janvier au 2 février, les adversaires de l’actuel secrétaire général, Abdelaziz Belkhadem, accentuent la pression.
Certains misent même sur le fait que ce dernier puisse jeter l’éponge avant le jour «j». Mais, le plus inquiétant pour le patron du vieux parti, ce sont les informations faisant état de la non-autorisation, par le ministère de l’Intérieur de la tenue des six rencontres régionales, destinées à riposter à ses détracteurs du mouvement de redressement.
A noter que le souci du ministère de l’Intérieur en prenant une telle décision, est la préservation de l’ordre public, sachant que lors de ces rencontres, des affrontements ne sont pas à écarter entre les ailes rivales du FLN.
Même si la direction du parti avait anticipé en annonçant le report de ces rencontres, il reste que, selon des sources bien informées, ce revirement serait dicté par des pressions extérieures.
Soumis à la fronde de ses ministres, de surcroît membres du bureau politique, qui avaient d’ailleurs «séché» sa dernière réunion, Belkhadem engage une véritable course contre la montre pour reprendre la main. Ce qui, apparemment, s’avère être une chose difficile, notamment après la nomination dans le tiers présidentiel de deux de ses adversaires les plus acharnés, à savoir El Hadi Khaldi et Salah Goudjil. N’est-ce pas là un message destiné à celui qui, contre vents et marées, se cramponne à son poste de secrétaire général du parti.
La décision d’interdire la tenue des rencontres régionales du parti, n’a-t-elle pas pour objectif de «déconnecter» Belkhadem des structures locales à quelques jours seulement de la tenue de la réunion du CC? Il s’agit donc, bel et bien d’un nouvel épisode dans le processus de désintégration de la direction du parti.
Autant de pression, croit-on savoir de sources proches du mouvement de redressement, qui pousserait Belkhadem à se démarquer du Président Abdelaziz Bouteflika, en annonçant sa candidature à la prochaine élection présidentielle.
Il convient de rappeler que ce n’est pas la première fois que le torchon brûle entre le ministre de l’Intérieur et le premier responsable du FLN.
Le précédent épisode en date remonte aux dernières élections locales.
En effet, lors d’une réunion du bureau politique du parti, au lendemain du scrutin du 29 novembre, Belkhadem pressé par sa base militante, explique son échec par les «interprétations de la loi électorale, notamment celles de l’article 80 par le ministre de l’Intérieur Daho Ould Kablia».
Des interprétations, poursuit Belkhadem, «qui ont privé le FLN de son droit de gérer des dizaines d’APC». Belkhadem, n’ayant pas eu de réponse à ses doléances de la part du ministère de l’Intérieur, s’est adressé au Premier ministre Abdelmalek Sellal.
Une attitude qui n’a pas manqué de faire sortir Ould Kablia de ses gonds, en critiquant sans les citer nommément -allusion au FLN- l’attitude de certains partis qui, dit-il, «fuient leurs responsabilités et tentent de créer des situations de conflit pour s’adjuger le poste de président d’APC».
Pour le ministre «il n’y a aucune confusion quant à l’application de la loi. Ce qu’il y a, ce sont des conflits suscités par les ambitions de certains élus à présider les communes». «Il n’y aura pas de blocage car les solutions juridiques sont disponibles», a-t-il souligné.
En somme, c’est la première fois depuis sa désignation à la tête du parti que Abdelaziz Belkhadem est confronté à des pressions aussi bien de la part des autorités que des structures internes du parti. Quant au sort de M.Belkhadem, seule la prochaine session du comité central tranchera.

Par Arezki LOUNI: L’expression


le 10 janvier 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
10 janvier 2013

2 Commentaires pour “BRAS DE FER BELKHADEM-OULD KABLIA : La tension s’exacerbe”

  1. arabi

    Re salem !
    c’esdt ce genre d’énergumenes qui sévissent dans les rouages du pouvoir du clan d’oujda IMPOSTEUR ramené des frontieres sur des chars pour usurper et squatter l’algerie de zabana et boumelik avec son lot d’opportunistes d etout bord ,depuis 1962 à nos jours .
    repeché par boukharouba de son douar d’aflou , il est devenu aprés la démission de “bitat” et ensuite saint egedio : incontournable .
    ENFIN ! les choses se retournent contre eux .

  2. arabi

    salem alikoum !
    et voilà comment l’histoire se répéte avec ce larbin de sougueur ;ce qu’il a semé avec benflis : il va& le recolter avec abada et consorts !
    bien fait pour les khobzites qui salissent l’histoire de ce parti fondamentalement algerien
    il est temps de le préserver en le mettant au musée car patrimoine de tous les algeriens mm les fils de harkis .

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
15h20 - 16h25 ()
15h50 - 17h01 (*)
17h10 - 18h21 ()
17h00 - 18h22 (+)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
05h40 - 06h58
06h58 - 08h18
09h20 - 10h22
10h34 - 11h42
12h06 - 13h10
ORAN ALGER
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07 (*)
12h30 - 17h54 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
08h00 13h15(*)
10h00 - 14h09
12h30 - 17h54
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
TLEMCEN- GHAZOUET
GHAZOUET- TLEMCEN
ORAN - TÉMOUCHENT
TÉMOUCHENT - ORAN
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
08h00 10h19
10h00 12h00
12h30 14h53
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
06h50 09h15
10h44 13h15
12h13 14h09
15h12 17h54
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia

Nombre de Visites :

  • 6 761
  • 6 897