LES ASSOCIATIONS: QUELS RÔLES POUR QUELS OBJECTIFS ?

Depuis un certains temps, nous assistons ravis, à la dynamique des associations de la Société Civile qui se multiplient et multiplient les initiatives. Que ce soit sur le terrain ou sur les réseaux sociaux, nous assistons à une floraison d’associations et de «groupes» qui, pour une fois, s’impliquent dans les créneaux les plus sensibles et les plus nobles. Cela va de la défense du patrimoine à l’hygiène et l’environnement.
Ainsi, nous avons recensé deux groupes sociaux qui se sont constitués autour de la préservation du patrimoine : « Bel-Abbès….l’espoir » et « le Petit Paris, » qui commencent à mobiliser beaucoup de participants et générer des initiatives louables. L’importance accordée au sujet a contraint le premier groupe à envisager sa transformation en Association, objectif sur lequel s’attèle studieusement notre ami et collègue Talha Djelloul.
Sur le terrain, nous avons assisté en l’espace d’une quinzaine de jours à l’organisation de 3 thèmes : Le premier sur l’hygiène et les déchets ménagers, le second sur le cancer du sein  et enfin, la création du « forum de la presse » à l’initiative de Abdelkrim Mammeri, journaliste d’El Watan, dont le premier thème a été consacré aux évènements qu’a connu l’ENIE.
Cette dynamique, fort louable ne peut que conforter les citoyens et les impliquer davantage. Toutefois, à voir de près, il apparaît qu’il demeure beaucoup à faire. Lors de la journée sur les déchets ménagers organisé par l’association « jeunesse volontaire » à l’auditorium du rectorat de l’Université, sous le patronage de Monsieur le Wali, n’a pas draîné la grande foule. Le Wali lui-même a exprimé sa déception de voir la salle aux trois quart vide pour un sujet aussi sensible. Pourtant tous les ingrédients encourageants ont été mis en œuvre : thème accrocheur, distribution de calepins et de stylos, présence de M. Le Wali et déjeuner assuré. Mais il est vrai qu’au niveau du restaurant, il y avait beaucoup plus de monde que dans la salle!
La question lancinante : Qu’est-ce qui fait que même les intellectuels se détachent de l’intérêt commun ? Les déchets ménagers sont une tare pour la ville et constitueraient selon certains, la préoccupation majeure du premier responsable de l’exécutif. Ils doivent mobiliser un maximum de citoyens. Et la, se pose le problème du rôle des associations. En effet, une association telle «jeunesse volontaire » qui semble avoir pignon sur rue, qui a réalisé à ce jour nombre d’initiatives louables, paraît comme un groupement fédérateur ; alors qu’est-ce qui l’empêche de jouer son rôle de sensibilisation pouvant drainer la foule ! Son rôle ne se limite pas uniquement à organiser l’évènement et à inviter les responsables. Celui-ci doit être complété par la mobilisation des citoyens, intellectuels et spécialistes. Sinon, cela se confinera sur une approche purement administrative des problèmes et se résumera à une réunion restreinte entre les responsables qu’ils pourront d’ailleurs, organiser quand ils le veulent au niveau de leurs salles de réunions.
Malgré les dépenses, la volonté et la hargne, les objectifs essentiels ne sont pas atteints : Fédérer les citoyens, car sans eux, aucune solution ne sera apportée à ce problème récurent de l’hygiène domestique et du gaspillage. Ce genre de comportement sert à justifier des décisions ubuesques, telle celle prise par le nouveau wali d’Alger : consacrer 10 milliards de dinars au nettoyage de la ville d’Alger, parce qu’il ne peut pas faire autrement. Mais cette somme faramineuse, si elle apportera des solutions, elles ne seront que temporaires, tant que le citoyen n’aura pas compris et assimilé son rôle !
Aborder le rôle des Associations, nous contraint à parler de leurs objectifs. Ceux-ci sont expressément définis dans leur statut. L’administration gagnerait à contrôler souvent, c’est son rôle. Car, sans vouloir accuser l’ensemble, il est visible pour tout citoyen que nombreuses sont les associations qui s’attèlent à l’atteinte des objectifs personnels de leurs membres dirigeants que celle des objectifs écrits. Ces dérives sont les véritables origines de l’absence de mobilisation. Les citoyens qui demeurent très perspicaces, découvrent rapidement que leurs cotisations ainsi que les subventions n’ont pas les destinations pour lesquelles elles ont été versées. Mais la dépravation, la plus importante est celle relative à utiliser l’association pour asseoir qui une carrière, qui une situation, qui des relations publiques à travers le côtoiement des responsables du niveau décisionnel, lui permettant de régler des problèmes personnels et bénéficier de facilités et avantages.
Le dynamisme actuel ne doit pas être sclérosé par ce genre de comportement. L’administration et à sa tête le premier responsable, M. Le Wali, doit veiller au respect de la réglementation. Les contrôles de la destination des subventions doit être régulier et rigoureux. Les bilans des associations doivent être validés et certifiés.
Ainsi, l’on pourra impliquer positivement la Société civile dans le bon fonctionnement de la Cité.
Alors, ce sera peut-être vraiment « Bel-abbès….L’Espoir ! »

djillali@bel-abbes.info


le 10 novembre 2013


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
10 novembre 2013

2 Commentaires pour “LES ASSOCIATIONS: QUELS RÔLES POUR QUELS OBJECTIFS ?”

  1. Memoria

    Pas de démocratie sans société civile,pas de société civile sans réseaux associatifs,pas d”associations sans garantie des libertés individuelles de se réunir et débattre….!
    La démocratie participative ne peut venir d”en haut ,…..de cette société politique qui lui est antagoniste….N’inversons pas les rôles!
    Les besoins sociaux exprimés par le développement local ne peuvent être canalisés que par le vecteur associatif et non réprimés dans des caisses de résonance de l”Administration qui représente les pouvoirs publics et non les doléances de la population.
    Le lien social restera aléatoire en Algérie si la liberté associative n’est pas garantie par des amendements à apporter à la Loi 12-06 du 12 janvier 2012 encore plus restrictive que celle 90-31 du 4 décembre 199O.
    Dans les démocraties nordistes de la société post industrielle et “unidimensionnelle” si chère à Herbert Marcuse,ce sont les réseaux associatifs qui structurent les partis politiques qui se projettent à leur tour sur les deux chambres basse et haute pour légiférer et exécuter ….
    L’Agora ne verra le jour que par une réanimation du lien social en prenant les chemins balisés par les anciennes nations qui y ont payé le prix.La Turquie moderne dans sa praxis politique et conservatrice de ses invariants socio-culturels reste une expérience crédible dans le Bassin Méditerranéen ,bien plus crédible que le fiasco des doctors de Sahat Tahrir…….!
    Bonne soirée automnale !

  2. le cygne

    Les associations chez-nous….???? Pfffffffff…….aucun pouvoir, un rôle insignifiant…!!!! Les seuls qui sont un peu efficaces et présentes sur le terrain, sont les associations à caractère caritatif…..et encore……!! C’est le terrain qui parle, ce n’est pas moi…!
    Sauf, exception, elles ne sont pas indépendantes, irréprochables, nettes et efficaces….sans parler de celles qui ont des liens avec des organisations ou des pays étrangers…..c’est la CATA……!!!!
    En principe, une association est un groupe de personnes volontaires et opiniâtres réunies autour d’un projet commun, mais sans chercher à réaliser de bénéfices….!!!! Le bénéfice, c’est là, la ‘clé’ de l’échec, de la magouille, et de la dérive des objectifs tracés au départ…???? Pourquoi d’après-vous, les citoyens ne font pas confiance, n’aident pas et n’adhèrent pas à ces associations..?? il doit bien y avoir une raison..ou plusieurs…Non..?

    Les associations sont censées représenter les divers intérêts et points de vue de « la société civile » et sont à ce titre constamment sollicitées et consultées des deux parties (Etat ou autorité locale et citoyen ). Elles constituent aussi, un élément important de lien social et garantissent conjointement avec les pouvoirs publics des rôles sociaux et humanitaires diversifiés….mais si on ne peut même définir c’est qui ou quoi la société civile, alors le reste…….!!!!!!
    De façon générale, toutes les associations, quel que soit leur statut, sont soumises à un contrôle qui peut prendre plusieurs formes et qui permet de faire le tri……!!!!

    Bon courage tout de même aux associations qui se battent malgré les difficultés et les bâtons dans les roues…..mais il faut dire qu’elles sont rares…! Tant qu’on vit il y a de l’espoir…!

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00