Sidi bel abbés : La crise du transport persiste toujours

Qui a dit que le problème du transport urbain est en grande partie réglé ?Avec de la chance et en optant pour un moyen plus lucratif à savoir le taxi , il vous faut patienter au minimum 20 minutes pour plaire à un taxieur qui daigne vous demander votre direction sans pour autant s’arrêter totalement . Ce taxi que l’on qualifie à la direction du transport d’individuelle n’est jamais individuel et ne s’arrête que devant un seul individu. Un paradoxe  que les usagers sont obligés de faire avec, sinon c’est la prise de bec et un autre calvaire qui commence. Devant une demande de transport sans cesse croissante, les taxieurs imposent leur dictat  en obligeant des femmes à partager la même course avec des hommes sans le moindre respect des valeurs de la société arabo-musulmane .Quoique cette réalité est occultée par certains taxieurs véreux et des syndicats en perte de crédibilité, c’est pourtant l’amer quotidien vécu par les usagers du transport en commun tous moyens confondus. En dépit des moyens et dispositifs mis  en place par les pouvoirs publiques, il s’avère que cela est loin de répondre aux attentes tant sur le plan de la quantité que sur la qualité .On annonce du coté des syndicats le nombre de 4250 taxis et 6 société de taxis de pas moins de 20 véhicules chacune . Dans bien des cas, les usagers se retrouvent contraints de se rabattre sur les clandestins qui eux aussi ont leurs propres humeurs…

One thought on “Sidi bel abbés : La crise du transport persiste toujours

  1. il est regrettable de voir ces problèmes de société pourrir la vie des honorables citoyens…
    la direction des transports n’a qu’à doubler u triple le nombre de taxis ,à partir du moment ou la demande dépasse largement l’offre..
    qui plus est ,c’est quoi ce comportement obligeant une femme à monter avec un ou des inconnus..qalatt lèhya!
    cette anecdote vous fera réagir ou pas !
    j’etais avec mon épouse ds 1 taxi fi wahrane…voilà que rue MIRAUCHAUX ,juste à proximité de la DJS ,une dame bien sous tous rapports lève la main pour arreter notre taxieur…
    tu vas ou ?…elle repondit : au niveau de la DDS (direction de la santé ,bd abderazak)…non..dit le taxieur ,alors que l’itinéraire était le bon puisque nous passions nous meme devant cette adresse..
    arrivés ,niveau DDS je is au conducteur : c dommage que vous n’ayez pas pris la pauvre dame ,et pourtant c’est le meme chemin…
    il me rétorque derechef je n’ai pas voulu car elle m’a parlé en français!
    à bon entendeur salut!..j’avais eu le temps de lui dire “expliquez- moi pouquoi ZERHOUNI l’ex-ministre de l interieur parle dans ses discours en “français”..alors que lui ne devrait justement pas causer la langue de Voltaire en algerie..
    bref KAFKA ouma yefhème fiha haba!

Comments are closed.