Sidi Bel Abbès : Une association s’élève contre les atteintes au patrimoine

2 Comments

L’association “Espoir” pour la sauvegarde du patrimoine architectural, culturel et environnemental (E.s.p.a.c.e.) de Sidi Bel Abbès vient de dénoncer, par le biais d’un communiqué de presse, «les travaux entrepris au niveau du siège du rectorat de l’université Djillali Liabès causant la destruction de la fameuse ‘Roseraie centenaire’ et du merveilleux ‘Portail d’honneur’, une véritable pièce d’art qui trônait majestueusement à l’entrée de l’établissement dont la date de création remonte à 1929».

«Devant ces regrettables états de fait, l’association réitère son ferme engagement pour la conservation et la pérennité de cet héritage séculaire commun qui constitue un repère et une partie intégrante de la mémoire collective», poursuit le document. En conséquence, l’association exhorte le premier magistrat de la wilaya de Sidi Bel Abbès d’impliquer la société civile représentative dans son rôle consultatif.

Se référant à l’ordonnance 67-281 du 20 décembre 1967 et à la loi 98-04 du 15 juin 1998 relatives à la protection des sites naturels, des monuments historiques et du patrimoine culturel, l’association revendique son implication, à titre consultatif, dans tout projet visant la réalisation de travaux, de transformation ou de réhabilitation afin d’assurer la sauvegarde des biens patrimoniaux.

«Une opération d’identification sera donc nécessaire pour garantir leur protection et, le cas échéant, leur éventuel classement», souligne l’association qui plaide pour la création d’un conseil consultatif pour la préservation du patrimoine de la wilaya. Ledit conseil, précise en conclusion l’association, contribuera à la mise en place de commissions de daïra pour le recensement du patrimoine culturel des communes et à l’élaboration d’une liste nominative des sites susceptibles de classement.

M. Habchi / El Watan

2 Replies to “Sidi Bel Abbès : Une association s’élève contre les atteintes au patrimoine”

  1. Toujours les memes betises qui se repetent souvent on agit en aval lorsque le destruction est deja votè..
    Dans un pays normal dans une.ville normal celui qui a fait le projet donne sa version des faits..ou es le problème?
    Les gens qui ont fait le projet se.sentent non algerien non bel abbesien pour se cacher?
    Ils sont dans leurs pays et dorenavant chaque projet publiUe sans complexe aucun doit mentionner ses INITIATEURS …C.est tout..
    L.universitè doit publier un communiquer dans lequel elle met au courant les gens..
    Peut etre.qu.elle a raison de le faire qui sait?

Comments are closed.

Related Posts