«L’artiste des Pauvres» de Bario Alto …

Le 17 mars 2010 BAI publiait un portrait de l’artiste de Bario Alto,Cheikh M’Kalech surnommée pour la circonstance “l’artiste des pauvres”, meme s’il a été repris par un certain nombre de sites à l’époque, mais c’est surtout en ce mois de Décembre qu’une évocation semble necessaire puisque 11 années auront été bouclées depuis sa mort subite des suites d’une maladie foudroyante que nous quitta à jamais cet initiateur de tant d’évenements d’ordre culturel et musical dans la ville des mille et un artistes.Nous reprennons cette évocation qui reste toujours d’actualité pour marquer ainsi notre attachement à ce chanteur hors-pair qui a marqué l’histoire du Rai dans la Mekerra.

Ainsi nous quittait à jamais notre ami Cheikh M’Kalech (M’qalech) qui selon une source de la voix d’Oranie avait écrit à titre évocatif, La rôdeuse «œil torve sentinelle des caveaux de glace» a surpris l’enfant authentique du plat pays, chez lui à la cité Sorecor, par une nuit froide de décembre 2002, entouré des membres de sa famille et de quelques proches compagnons des mémorables «gangs» de Bario Alto. Il a lutté, des mois durant, contre une méchante maladie pour, tenter de se mettre d’aplomb et être au rendez-vous de l’année de l’Algérie en France qu’il appelait de tous ses vœux. Les vents contraires du destin en ont décidé autrement pour l’artiste des pauvres. Comme d’habitude, tout au long d’une trajectoire faite d’occasions manquées et d’amours toujours contrariés.De son vrai nom Bouchrit Abdelkader, Cheikh M’kalech est né en 1931 à Ouled Ali, une localité excentrée de la commune de Makedra, où il a passé sa première enfance avant de «descendre» à Sidi-Bel­-Abbes en compagnie de toute sa famille qui venait d’être dépossédée de son lopin de terre par arrêté de la municipalité de l’épo­que. Il vivra cet épisode comme une véritable dé­chirure qui lui inspirera un grand nombre de ses chansons futures, entre autres «Ouallah yal m’dina ma n’houad lik … » Les Bouchrit vont se fixer d’abord à Bario Alto, vieille citadelle de la rive gauche de la Mékerra où il com­mença, sous la direction de Cheikh Breik el Gourari, par plaquer ses premières notes de musique sur un banjo de fortune rafistolé à l’aide d’un phare usager et de menus accessoires récupérés d’un camion de transport de troupes amé­ricain. Les années 50/60 vont marquer ses vrais dé­buts artistiques avec un répertoire très varié de plus de 56 chansons et de compositions instrumen­tales dont certaines seront reprises, avec une égale réussite, par de jeunes in­terprètes de la ville, entre autres Cheb Slimane Bouden et Cheb Mimoun du «Groupe des Orphe­lins», actuellement installé en Belgique. Après une première période d’activité en solo, durant laquelle il sera surtout invité à chan­ter dans les mariages des familles pauvres et les «taguesrate» des éternels laissés-pour-compte de la périphérie urbaine, il se décide à intégrer des trou­pes de variétés musicales mieux structurées, celles notamment du «Amal» de Amir et d’El Afrah» de Benaricha Ahmed. En plus de son récital de chansons qu’il assure en alternance avec un autre maître du genre, en l’occurrence Kadri D’ziri père de la mythique Zina de Raina rai, Cheikh M’Kalech se fera remarqué également sur les tréteaux, en intermède des specta­cles, avec des monologues hilarants où s’entremêlent le trivial et le tragique des situations. L’expérience du travail eri groupe finit par le refroidir totalement pour se résoudre, une seconde fois, à tenter l’aventure en solo avec l’aide de ses fi­dèles Gnadiz de Sidi Djillafi pour les percussions et l’accompagnement musi­cal. Quelques mois avant sa mort, en prévision de sa participation à un pro­gramme de spectacles en France la «guemna» des anciens donne, à Khayi Mkalech, la force de re­venir au bord du lac de Sidi Mohamed Benali et chan­ter pour la dernière fois ses meilleurs textes :
“Khalouni nebki ala rayi, Ya mali mali mal wash issaberni, Ya taleb ardja n’salek, Labnat labnat libiya, Sem’ouli ya khwani…» Janvier 2005. Retour sur le lieu de tour­nage de ces dernières images… Le majestueux peuplier languit toujours de l’absence de «l’homme à la guitare sèche et à la caisse de rétameur en bandoulière en train de faire des mamours à une mécanique insensible…»
Abbes, le poète écorché vif, gardien du dernier «carré de Grenache» de notre ancien plateau so­laire, connaît la suite de mon histoire.


le 06 décembre 2011


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
06 décembre 2011

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00