L’emploi et la métaphore de ‘’ ANEM ‘’ 

Conçue agence nationale de l’emploi ‘’ANEM’’ pour écorcher le diable du chômage, elle est interprétée en arabe, signifiant chez les jeunes qui en goutent de ses délices “dormir”.  De la bouche de milliers de bénéficiaires de son aumône disparate, l’on apprend que ces jeunes diplômés et universitaires vieillissent au fond des attentes des songes incertains, un droit pourtant parachevé dans les textes de lois, en réalité un miracle englouti au fond d’un “lit”  inconfortable des attentes d’une embauche.

Certains cumulent une vie sans que l’âge ne prenne connaissance de leur douleur, ni que l’autorité en prenne conscience des revers, d’autre sont mis à la porte juste après avoir consommé le contrat comme si cela était leur sort. Ils sont dans tous les secteurs à travailler 8 heures par jour et ne perçoivent pas un salaire équivalent à leurs efforts majoré de complaisance à la limite de la  “soumission”’. Ils sont par-dessus cela responsable là où ils sont.

Ils peuvent franchir les portes des prisons en cas d’erreurs, d’omission ou de déficit de caisse pour ceux/celles qui travaillent dans des agences financières. Ils n’ont pourtant reçu aucune formation prévue par le règlement pour leur protection, leur information du degré de leur responsabilité et des risques que cela encoure en cas d’une quelconque glissade professionnelle.

Ils sont exploités et humiliés. Leurs liens avec l’organisme employeur tiennent à un petit espoir  “contracté”. Leur contrat dépend souvent, selon leurs confessions, du degré de la soumission et peut prendre fin à tout instant même avant le moment. Ils sont chassés après, des lieux de travail prétextant une absence de vacance d’emplois qu’ils gardent souvent pour des proches ou pour d’éventuelles recommandations.

Le contrat dépend d’une suite de procédures qui préservent les droits du futur recruté. Ils ne sont jamais respectés. La demande en désaccord avec l’offre incite à l’affront et aux magouilles clientélistes. Celui qui n’a aucune connaissance en subit les revers de ces disfonctionnements. Ainsi l’injustice prend place au beau milieu des lois confectionnées à la mesure d’une unique situation ou le plus privilégié ne sera pas jugé de ses critères professionnels et moraux mais de son tissure social et de sa disposition au pot-de-vin exigé.

Ces jeunes sont dans un désarroi incomparable. Ils tiennent à des espoirs conçus sur des promesses frêles, très fragiles pour un épanouissant recrutement ; ce qui les fait tenir, résister aux détriments d’une vie constamment secouée par le pessimisme, et contraindre au choix cornélien qu’ils devraient accepter sans rouspéter, ni poser de questions de crainte d’être mal prisé ou mal vu et se priver d’une ultime embarcation dans le rêve du lit de  “ANEM !”.

Si les autorités étaient réellement soucieux de notre sort, disaient-ils ; du devenir de la jeunesse, ils n’auraient jamais pensé appeler l’agence nationale ‘’ANEM’’ qui signifie ‘’DORT’’. Les jeunes postulants n’en croient plus à ces mesures. Ils ont perdu confiance, et cela n’est qu’un pur signe de leur état moral très bas aux revers insociables qui nourrit sans faute tous les fléaux sociaux aux portes grandes ouvertes avec accès sans conditions.

Ils racontent ironiquement non sans douleur, sans nul choix qu’ils rêvent éveillés en toute conscience d’un  ‘’DORMIR’’ métaphorique qui pourrait leur ouvrir les portes d’une vie stable et agréable comme tout citoyen : un emploi. L’ANEM, et d’un autre coté la DAS bouffent de leurs contrats l’âge de la jeunesse sans offrir le sésame. C’est leur réaction spontanée, ils voient tout bonnement leurs sorts tenu en otage.

Curieusement à la question, comment ils devaient l’appeler ?…..’’ AMEN ! ’’ Était leur réponse, qui signifie quant à elle, disaient-ils, assurance dont- ils en manquent affreusement. Delà, l’on se sent concilié, que vraiment ‘’l’on peut rire d’un malheur comme l’on peut pleurer’’. Ne dit-on pas souvent ‘’ HAM YDAHAK – HAM YBEKKI ‘’.

L’illusion dans l’emploi, se nettoyer de la crasse du chômage et réaliser ses rêves font vadrouiller le contractuel à tenir à une croyance acceptant sans nul choix une réalité grossière qui prépare systématiquement à une fâcheuse résignation. Les lois pourtant sont claires. À l’agence de l’emploi, une équipe est chargée d’un suivi rigoureux aux fins de réguler les chances à l’emploi dans les différentes institutions, fait-on apprendre. Un contrat ANEM est automatiquement suivi d’un contrat CTA, sauf que ces mesures ne sont pas respectées par absence totale de planification et une impunité favorisante. On délivre plus de contrat qu’en on a de postes à fournir. De la sorte, les jeunes sont jetés à la rue une fois le contrat de 02 ans terminé.

Les pourchassés n’auront plus droit à un 2éme contrat de l’agence et l’institution ou l’entreprise qui usait de leur temps précieux claque définitivement la porte derrière eux. Pourtant d’autres viennent après et sont recrutés en empruntant le même chemin, selon des victimes. L’ANEM, pourtant, selon des indiscrétions, a le pouvoir de suivre et contrôler ces contractuels au sein même de l’entreprise où ils sont affectés afin de leur préserver leur droit respectif selon les priorités. Rien de tout cela. La réalité est tout autre. Le clientélisme est comme un rouleau compresseur, Il écrase tout individu aux épaules squelettiques.

Les jeunes qui se voient lésés, sans personne à qui se confier deviennent après avoir frappé et frappé aux multiples portes, de potentielles proies au monstre des fléaux sociaux dont la débauche et le banditisme en tête des dérives, vu qu’ils proposent un choix quand les voies du droit ne proposent aucune issue.

Peut-on les appeler dans ce cas avec un contrat éjectable: employés ou travailleurs ? Devrions-nous réellement les ôter de la liste du chômage pour les inclure dans le taux de la métaphore des vrais salariés, celle de s’épanouir dans la beauté cristallisée des larmes de la souffrance de l’inutilité.  Qu’est-ce qu’un travailleur ou un employé d’abord ? Avons-nous le droit de classifier un individu bénéficiant d’un contrat ajournant, et non  résolvant un problème.  Quel droit possède ce jeune s’il vit le sevrage dans un état libre ?

Un tas de questions que seuls ces jeunes ayant gouté et en goutent sans cesse de ces supplices et ces humiliations ont droit de répondre, d’y vider leurs entrailles de ces soucis qui n’ont pas l’air de les lâcher même après avoir acquis un niveau d’étude supérieur et obtenus des diplômes qui devraient normalement leur épargner ces souffrances…… avec un contrat de l’ANEM, disent-il, c’est comme attendre devant un rouleau qui vous écrase votre jeunesse que d’espérer à un boulot qui propose un allégresse.

Delà, il ne devient plus complexes de comprendre et surtout sentir que la lame a atteint l’os, et les conséquences sont et pourront être fatales. Les signes sont déjà visibles : les comportements étranges, les réactions et interactions, les fléaux sociaux  (agression, viol, vol, rapt, drogue et boisson), la régression inquiétante des mariages et les conséquences que cela provoque !, les divorces précoces ….il est temps de crier HALTE et prévoir de sérieuses études afin d’apporter des solutions idéales et sauver la jeunesse ainsi que toute la société.

Djillali T


le 29 novembre 2014


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
29 novembre 2014

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00