Les Lundis de l’Histoire: Histoire d’un Puits sur la rive gauche de la Mekerra.

Al Mecherfi nous revient ce lundi avec une Histoire inédite. L’Histoire simple d’un puits, oublié tant par la mémoire d’une ville que  par l’acculture de ses gouvernants. Ce vestige qu’on remarque tous, en longeant la route de Bou Sen, n’est pour nous qu’une simple “garetta” de la sinistre légion étrangère. Que non, nous dit AL Mecherfi. Il a une Histoire. Jugez-en!

Tourner en rond lorsqu’on a perdu ses repères, serait bien plus qu’une métaphore. L’un et l’autre s’équivalent avec tourner autour d’un puits ! Un puits de « pétrole » .N’est ce pas mon cher ami Djilali ! D’ailleurs, beaucoup d’histoire tournent autour d’un puits. Le Coran rapporte déjà une histoire de puits lorsque les fils de prophète Yacoub appelé aussi Israël, jetèrent leur frère Youcef dans un puits par jalousie. Mais attention à ne pas se perdre!

Hassi Lahmar 17 Avr 2014

Hassi Lahmar
17 Avr 2014

Il s’agit là d’un puits pas comme les autres. C’est un essai sur l’Histoire « environnementale », une sous-discipline de l’Histoire qui a émergé dans les dernières décennies. Le sujet propose une étude des relations entre sociétés humaines, la nature et leurs interactions.
Histoire d’un puits dans un endroit quelque peu oublié des hommes, pas profond, très étroit et surtout élevé en hauteur comme la tour d’une pièce de jeu d’échecs. Franchement ! Avez-vous déjà vu un puits « haut » de sept mètres ? Et comme par enchantement; à la forme d’un pentagone construit dans un cercle ! Un puits d’eau où l’on n’utilise pas le sceau et la corde ni même la pompe ?
Pourtant, parmi  les Bel-Abbésiens, rares sont ceux  qui peuvent l’identifier. Ce n’est pas la peine de chercher la causalité du problème. La réponse se trouve dans la première phrase de mon texte.

I – Un patrimoine historique délaissé aux chauves souris.

Ce puits pourtant ne semble pas être un sujet de préoccupation pour les autorités locales. De toute façon, ils ne savent même pas qu’il existe ! C’est vraiment un souci qui provient d’un état des choses difficile à supporter.
Ce puits « unique » dans la région, se dresse non loin de la ville du saint patron Sidi-Bel-Abbès El-Bouzidi .Plus exactement sur la route de Bou-Sen, tout près de ce qui reste du château Perrin. Ce puits bizarre et insolite se hausse à trois cent mètres environ de la rivière MEKERRA.
La couleur rougeâtre du puits s’explique par les matériaux de construction. Maçonné dans la terre par des tufs calcaires. Ce «Hassi» était relié à la Mekerra par des galeries souterraines à environ trois cent mètres plus loin. Ces galeries étaient généralement assez longues. Ceci-dit, selon le témoignage des anciens ouvriers agricoles de la région. Imaginez un instant le pénible « petit boulot » des malheureux ouvriers « indigènes Algériens » qui se déplaçaient « courbés » pour effectuer les travaux d’entretien.hassi 2
En définitive, ce puits n’était pas un forage vertical, autrement dit un aquifère. Trop près pour être un vrai puits ! Et trop loin des mamelons pour être une vraie tour de contrôle. Apparemment, c’était un « puits de rétention » du débit d’eau, installé à proximité et en communication avec la rivière. La connaissance du débit de la rivière Mekerra et de sa variation (régime hydrologique) était nécessaire pour divers objectifs notamment le suivi et gestion de l’irrigation. Les spécialistes [Étude APPV- SBA,2001], à travers une approche naturaliste (par opposition aux modélisations mathématiques) et ses méthodes historiques, ont situé le site où se trouve le puits, dans une troisième zone de crues et d’inondations . Mais, une confirmation des services hydrauliques pour valider non les faits historiques mais les anciennes techniques d’irrigations serait souhaitée.

II – Un héritage ancestral d’une technique d’irrigation.

1 – Historiquement, la plaine de la Mekerra comme toute l’Algérie, a aussi hérité de l’accumulation et la valorisation des techniques d’irrigation d’Andalousie (saguiya) qui allait compléter l’héritage de l’hydraulique romain qui était celui des citernes, des aqueducs et des transferts en lui apportant son art spécifique en la matière. La population autochtone sédentaire et semi-sédentaire fut constamment préoccupée d’agriculture et d’irrigations même si ce phénomène n’était pas constant à travers l’Histoire. Le général Dumas consul français auprès de l’émir, confirme cette réalité des faits dans une de ces lettres du 17 Aout 1838 : « … On arrive à l’oued Mekerra… Champs cultivés à droite et à gauche…». [Correspondance Cap Daumas, p 453].
Le colonialisme français, après avoir chassé et déplacé les autochtones des sections de tribus de la fédération des Béni-Ameurs et autres, enclencha alors, le mécanisme du partage et la répartition des terres confisquées aux colons par concessions au franc symbolique et souvent gratuitement. Parmi les bénéficiaires, il y avait à Détrie (Sidi-Lahcen) des émigrants Allemands mais surtout beaucoup d’Espagnols de la région d’Almeria, une petite ville au climat sec de l’Andalousie, connue mondialement par le système d’irrigation des serres et ses westerns spaghettis. La tradition dit que le nom Almería proviendrait de l’Arabe Al-Mariyya : « le miroir », entendez « le miroir de la mer ». Actuellement, l’interprétation la plus acceptée est qu’il dérive du terme arabe «Al-Mara’ā », ce qui signifie « la TOUR de garde », reconstituée, elle existe toujours ! Ne dit-on pas qu’en Andalousie, on n’est jamais bien loin de l’Algérie.

Notant qu’aucun barrage n’a été construit sur la Mekerra avant celui des Cheurfas (Sig). Le barrage Sarno, était surtout destiné à sauver et à améliorer les irrigations du colonat de St-Denis-du-Sig. Rappelons qu’à partir de 1854, des primes étaient accordées aux agriculteurs « colons » pour l’irrigation à partir des eaux de la Mekerra. Ce puits était réellement, une préoccupation de toute la région. Au bout du compte la colonisation ne réussit pas vraiment à développer l’irrigation en Algérie, bien que la politique hydraulique coloniale fût pensée pour servir et favoriser avant tout le colonat. D’ailleurs, ce puits dépassé , a été fermé et maçonné pour de bon !
2 – C’est l’architecture de la tour « PENTAGONALE », appelée aussi « Guarita » qui fait la spécificité de ce puits rouge (El-Hassi Lahmar). Sa tour géométrique de sept mètres de long avec cinq cotés de 1,50 mètre, est un « PENTAGONE », antérieur bien évidement au QG US « The Pentagon » à Washington DC.fig 2 Pentagone Pentagram
Normalement, les tours carrées sont d’origine arabe et les rondes sont chrétiennes. On sait qu’à partir du XIIe siècle, la traduction de nombreux textes arabes en latin ont permis aux européens une laborieuse assimilation du savoir de l’Antiquité (EUCLIDE-Père de la géométrie). Mais aussi Arabe, notamment, le Mathématicien ABOU AL-WAFA-(X°Siècle), à qui on doit le développement des constructions approchées à la règle et au compas de polygones réguliers à cinq, sept ou neuf côtés. Cela a donné un nouvel élan au développement du savoir et la géométrie y tenait une part importante.
3 – Cette tour rouge au dessus du puits fut construite par l’association du Syndicat des eaux d’irrigation de Sidi-Bel-Abbès, il y a plus d’un siècle et probablement plus encore! Il faudrait une confirmation archéologique. L’association, constituée par les colons des quatre communes: Sidi-Bel-Abbès, Détrie (Sidi-Lahcen), Prudhon (Sidi-Brahim) et les Trembles (Sidi-Hamadouche), pour l’irrigation de leurs concessions aux bords de la Mekerra a été agrée le 23 Aout 1889 par le préfet du département d’Oran.
Une « police des eaux » ou gardes des eaux a été nommée par le sous-préfet, spécialement chargée de la surveillance du puits et d’assurer la distribution et la répartition des eaux de la Mekerra telle qu’elle aura été arrêtée par le syndicat, de veiller à la conservation des canaux « Slouguiyates » et des rigoles « Saguiyates » selon le langage local, ainsi que tout les ouvrages dépendant du service des irrigations. Puisqu’il y avait huit zones : Sidi-Bel-Abbès, rive droite ; et rive gauche ; le Rocher ; Sidi-Brahim ; Sidi-Lahcen ; Sidi-Khaled ; Les Trembles et enfin la huitième,  Zèlifa. Cela explique en définitive cette « Guarita » sur le point d’élévation de la tour spécialement construite pour ces gardes des eaux. Pourtant, durant l’année 1875, un conflit s’est déclenché entre l’association coloniale de Sidi Bel Abbes et celle de Saint Denis de Sig à cause de la distribution de l’eau. Puisque la Mekerra devient en quittant la plaine bel-abbesiene : Oued Sig et ses eaux étaient utilisées par le syndicat de saint Denis de Sig ! Pour dire que ce puits a  été  l’expression  des conflits d’intérêts de la société coloniale.
Cette conjoncture de la nature en contact avec le système colonialiste est loin pourtant de rivaliser l’Historique « Tribunal des Eaux», (qui est la plus ancienne institution de justice d’Europe). Il a été créé par Al Hakim Al Mostansir Bibal en 960, en Andalousie. Il permet encore aujourd’hui de contrôler de manière équitable l’irrigation de la rivière Huerta, la zone maraîchère valencienne et touristique de l’Espagne.

III – Un oubli conscient qui n’a que trop duré.
Le concept « patrimoine », utilisé ici dans ce texte est lié à l’adjectif « historique ». Je lui confère personnellement, le sens de la protection et la préservation. Cependant, il faut reconnaitre que le volet historique du patrimoine (Plus ou moins architectural) de la période 1830-1962, reste jusqu’à présent dans la posture du déni. On le voit bien ! L’APC de Sidi-Bel-Abbès à bel et bien fait le «choix » de restaurer l’hôtel de ville. Pourtant appelé « Architecture coloniale » ! Certains se poseront la question : Ce choix est-il une reconnaissance ? Ce choix obéit-il aux valeurs historiques et aux références culturelles des Algériens ? Ce n’est pas facile pour notre société qui a vécu avec le colonialisme un affrontement ardu, d’accepter cette diversité conceptuelle .Rappelons-nous la sélection du passé s’effectue en fonction de paramètres liés souvent au présent. Certains, dirons que je tourne autour du puits .Mais la réalité est là ; le concept de patrimoine se pose en Algérie. Il est utile de noter que dans notre pays le patrimoine est souvent confondu avec «l’authenticité » (Al-Asala). Alors ! A travers ce puits ! Peut-on dépasser les séquelles de cet affrontement du passé ? A mon avis, il faudrait travailler dans ce sens. Il faut « protéger » ce puits qui deviendra un « bien commun ».

HASSI LAHMAR 2007

HASSI LAHMAR 2007

La conservation de ce puits étant aujourd’hui une fonction essentielle du premier responsable de la wilaya, il incombe par contre à la population, aux associations, à la direction de la culture et autres de préserver ce bien architectural comme un patrimoine historique et de l’intégrer par la suite dans la politique nationale de la restauration du patrimoine.
Conclusion : A travers ce présent texte libre qui n’est qu’un résumé, j’espère avoir éclairé à la torche les éléments qui conditionnent la réussite d’une opération de « sensibilisation » à savoir, le processus décisionnel et pratique. J’espère aussi impliquer les autorités locales et tous les acteurs soucieux avec une concertation élargie, a la «protection » de ce puits unique dans la région. J’espère enfin que cette Histoire ne sera pas un conte de « puits à souhait », ou l’on formule des vœux en fermant les yeux !
Au fait ! Les chauves souris ont déserté les lieux ! A cause des VANDALES qui ont détruit gratuitement le mur d’enceinte et voler la très solide petite portière de fer permettant ainsi aux vagabonds « ramasseurs » de ferraille de terminer le travail ingrat. Enfin ! Je me permets de lancer ce cri de cœur du haut de cette tour. A bon entendeur ! Salem.

Al MECHERFI@bel-abbes.info

 


le 21 avril 2014


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
21 avril 2014

5 Commentaires pour “Les Lundis de l’Histoire: Histoire d’un Puits sur la rive gauche de la Mekerra.”

  1. le cygne

    Mr AL MECHERFI, je tiens d’abord à vous dire que votre récit est un vrai ‘régal’…!!! J’ai bien apprécié l’utilisation du bouillon d’histoires pour raconter l’Histoire passionnante et captivante de ce puits….!!! Pourtant, certains vous diront, ce n’est qu’un simple puits…!!! Mais ils oublient que ce ‘Hassi’ a une âme, un cœur qui bat dans la Mekerra et un corps qui nécessite d’être restauré pour que l’échiquier ne perde pas sa tour; une besogne qui incombe au roi et à ses chevaliers….!!!!
    C’est un projet de vie puisqu’il regroupe l’architecture, l’agriculture, l’hydraulique, l’hydrologie, l’environnement, la technique, la sociologie…etc..!!! C’est aussi un monument riche en histoire qui n’a sûrement pas encore révélé tous ses secrets…!! Vous vous rendez compte, toutes ces lignes pour parler d’un puits, mais c’est un puits de potentiel qui me fait penser au puits quantique et à l’équation de Schrödinger qui prévoit que l’énergie de la particule évoluant dans un tel puits est quantifiée, ça doit être le cas de ce puits qui est à mon avis, sur la base de ce que vous avez écrit, un puits d’observation pour surveiller et évaluer tout ce qui se rapporte aux paramètres variables des eaux de la Mekerra et peut être même le point névralgique de la distribution des eaux entre les différentes communes que vous avez citées, bref, seule une étude sérieuse et bien approfondie, menée par une équipe pluridisciplinaire, permettrait d’avoir plus de détails sur le système d’antan..!!! Juste une petite précision, quand vous dites que le puits est haut de 7 m, je suppose que vous parlez de l’abri du puits (La tour) qui servait à contrôler la zone…????

    Bizarrement, cette histoire me fait penser à une autre, à celle du système ancestral d’irrigation mis en place dans la vallée du M’Zab, qui a fonctionné pendant des siècles et que j’ai eu l’occasion de découvrir en 2007. C’est un système traditionnem qui a été conçu pour l’irrigation, le contrôle et la régulation des ressources hydriques. Les ruelles sont utilisées comme des chenaux d’écoulement, un microsystème de canalisation construit avec des roseaux coupés en deux, de petits puits pour dévier le flux des eaux et, quand il y a des crues exceptionnelles, les canaux de grands bassins artificiels s’ouvrent pour stocker les réserves d’eau. Ce patrimoine matériel et immatériel de la vallée du M’Zab fait partie des richesses à préserver, d’ailleurs, il est classé depuis 1982 par l’Unesco parmi les sites culturels et historiques à valeur universelle. Alors, où sont les gens de SBA qui doivent se battre pour défendre le patrimoine de Sidi Bel Abbés….??? C’est vrai une association vient de naître, alors on lui souhaite bon courage…!!!

    “Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir”,… malheureusement l’Algérie semble être en plein divorce avec son patrimoine, Illa El 9alil, quand on voit des vestiges et des monuments victimes d’un incroyable abandon, on se demande d’où on vient et où on va comme ça..!!! Il faut protéger ‘le passé’ quelle que soit son histoire, du fait qu’il soit sur le sol algérien…..Il faut aussi penser à l’exploiter dans le tourisme, puisqu’on n’a rien à envier aux autres pays, mais eux ils préservent jalousement leur patrimoine qui leur rapporte aussi des devises.
    Le jour où les algériens quitteront leurs demeures bien exigües pour réexplorer leur pays et ses richesses historiques, ils oublieraient sûrement leurs complexes façonnés par une amnésie collective…!!!

    Au fait, il faut peut être penser à donner un nom à ce puits, s’il n’en a pas…!!! Pourquoi pas…??!!!

    Merci encore pour ce beau récit et à un autre Lundi Inchaallah…!

  2. AL MECHERFI

    Au fond Si Driss & Si elgambiti ! Ce puits est un « trou » dans notre mémoire .C’est vrai que la situation mérite une action de fond. Mais depuis que ce puits est devenu un dépotoir ! C’est également les souris omnivores d’une grosseur effrayante qui vont nous prendre par « surprise ».
    A les entendre couiner des cris aigus dans les profondeurs de ce puits ! Sincèrement ! Mon cher Djillali T, je préfère crier au dessus de la guarita (rires).
    Merci les amis.

  3. elgambiti

    Les historiens ont tout à fait raison et même le devoir de signaler les vestiges du patrimoine local en déperdition,même si ce dernier est dépassé par la technologie,il demeure un indicateur de faits historiques et contribue au renforcement de la richesse patrimoniale et donc au développement touristique. A ce niveau,on apprend toujours et on découvre avec une certaine surprise le travail qui reste à faire en matière de recensement de notre patrimoine historique qui demeure méconnu ,du moins par le large public ,sa prise en charge qui demeure absente malgré l’existence d’un service public ( DIRECTIONS DE LA CULTURE ,DU TOURISME ET LA DIRECTION CONCERNÉE PAR L’OBJET EN QUESTION ) et l’inadéquation entre la parole et la réalité du terrain qui souffre des habitudes bureaucratiques.Voilà un puits qui doit bousculer la conscience de nos gouvernants ,pour mettre dans les faits les théories développées à diverses occasions et circonstances.

  4. Dr D. Reffas

    Bonjour ALMECHERFI

    L’Algérie célèbre le mois du patrimoine (matériel et immatériel), du 18 avril au 18 mai. J’aimerai consulter le programme établi par la direction de la culture en faveur de la promotion de nos sites historiques et archéologiques.Malheureusement, aucune importance n’est accordée aux repères de la nation. Minime soit-il, le repère éclaire le chemin à entreprendre pour consolider son identité. Les élus, eux aussi sont responsables de la situation que j’évoque. Les commissions culturelles au niveau des assemblées ont un rôle prépondérant dans l’identification, la restauration des sites, et le contrôle des activités culturelles entreprises par l’administration. La réflexion dépend de la qualité de l’élu. Ainsi, le message est clair.
    Mon ami Al Mecherfi, j’ai toujours apprécié votre approche vis à vis de l’écriture de l’histoire, et votre dévouement à la recherche. Concernant, le puits, il est utile que les responsables de l’hydraulique et les responsables des services agricoles se rapprochent de l’université pour dresser un rapport technique sur la construction de ce puits destiné à un système d’irrigation pour une période indiquée, et son utilité par rapport aux besoins de l’agriculture.La deuxième phase consistera à réhabiliter les galeries souterraines et l’architecture externe.Ce sera une curiosité à visiter, de là, tout en protégeant le site, créer un lieu touristique avec toutes les commodités y afférentes. Merci pour ce deuxième lundi et sa surprise.
    Mes amitiés

  5. Djillali T.

    ahhh ! et que ah…, votre cri Mr Mecherfi qui nous a fait baladé des jeux d’échecs à l’atrocité de l’abandon des valeurs je ne l’entend pas du haut de cette tour, il vient des profondeur du puits. sa force est plus grande, sa puissance est sensationnelle et responsable…le pays a grand besoin de ses repères qui savent quand et comment transmettre un message…. vous me donnez vraiment l’envi de commencer a aimé le LUNDI !!!

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 07h30 - 08h35 (*)
10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
14h45 - 15h45 ()
15h20 - 16h25 ()
17h10 - 18h21 (*)
20h30 - 21h33 (**)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
04h30 - 05h30
06h27 - 07h31
07h53 - 08h58
08h34 - 09h42
11h20 - 12h22
12h06 - 13h10
16h29 - 17h26
ORAN ALGER
06h10 - 11h15
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07
14h00 - 19h24
15h45 - 19h46 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
06h10 11h25
08h00 12h00(*)
10h00 - 14h09
14h00 19h24
15h45 19h46(*)
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
07h30 11h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
TLEMCEN- GHAZOUET
16h30 19h42
GHAZOUET- TLEMCEN
04h30 07h40
ORAN - TÉMOUCHENT
08h10 07h15
13h30 14h31
17h02 18h03
TÉMOUCHENT - ORAN
06h00 07h12
09h20 10h24
14h40 15h44
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
11h55 14h22
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
16h42 19h24
17h50 19h46
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
20h30 05h50 Train Diesel
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia
20h20 05h00