«L’ALGÉRIEN, UNE ESPÈCE À PROTÉGER»

Alors  que  je feuilletais le dernier journal officiel, je fus fort surpris de «tomber» sur un décret signé par Ouyahia – Il est toujours Premier Ministre ? – fixant la liste provisoire des animaux non domestiques à protéger.

Quoi de plus normal, me répondiez-vous, à ce que l’Algérie se mette au diapason des Nations développées et se mette enfin à protéger les animaux menacés de disparition !

Néanmoins, la conjoncture dans laquelle intervient ce décret me rend perplexe. C’est comme si on voulait d’une part, faire quelque chose pour combler un vide constaté par la « disparition» du Gouvernement de la scène politique depuis les élections législatives, et d’autre part ,  dire que  tout va tellement bien, qu’on est obligé de s’occuper des animaux rares, à défaut de faire autre chose utile pour le contribuable.

Le décret porte également une contradiction en son sein, puisque il est censé définir la liste des espèces animales à protéger, il se contente de prévoir une commission –encore une – à venir qui sera chargée de l’élaboration de la liste définitive, celle figurant dans le présent décret étant juste provisoire.

Mais autant provisoire quelle soit, elle embrouille au fur et à mesure qu’on avance dans la lecture du texte exécutif.

Alors, croyez-moi Chers  Lectrice et Lecteur, que le profane que je suis, n’a rien compris aux noms d’animaux abracadabrants et à consonnance parfois « romantique » figurant dans la liste provisoire des animaux à protéger selon ce décret, inaccessibles même pour l’élite qui n’est pas du domaine !

D’ailleurs, vous pouvez juger par vous-mêmes, si je vous dis que le «Sirli de Dupont » est désormais espèce protégée, au même titre que le (ou la, je n’en sais rien) «Guiffette moustac » et le « Circaète Jean Leblanc »

Je ne sais pas si demain vous rencontrez sur votre promenade au Lac de Sidi-M’Hammed Benali, vous saurez reconnaître un «Busard Saint-Martin»  égaré ou un «Gros Bec casse noyaux»  malade de solitude, et que vous vous arrêtiez en dernière minute, avant de vouloir les écraser.

Mais  attention, si vous rencontrez malencontreusement sur votre chemin alors que vous faites un barbecue dans la forêt de Tenira,  le «Zorille de Libye», pensez d’abord à vous protéger que de le protéger, car c’est un carnivore précise le décret.

Cependant, vous ne risquerez jamais de remarquer les «Vespère de Savi», le «Minioptère de Schreibers», le «Murin de Capaccini», le «Rhinolophe de Blasius» et encore moins le « Molosse d’Egypte» car ce ne sont que des Chiroptères, qui passent inaperçus, mais qui peuvent être facilement écrasés sans qu’on le veuille on qu’on le sache.

Les seuls animaux que j’ai pu reconnaître, c’est le Chardonneret, la belette et à un degré moindre le renard, parce qu’on l’affuble de «maléfique» et je ne sais pas en quoi, cela transforme le renard qu’on connaît.  Par contre, je ne sais comment reconnaître ce type de « coccinelle» et mieux encore, comment faire pour la protéger.

Sur un autre plan de lecture, j’estime que ce décret est mal venu et comporte une bévue de taille ! Parce que s’il y a une espèce d’animal à protéger, c’est bien l’outarde des Hauts-Plateaux et du Sud. L’Outarde, on l’a connaît bien, on la sent bien, et on peut la protéger si on le veut. Maintenant, si pour les raisons aphrodisiaques qu’on lui prête, elle fait courir les Emirs des Etats du Golfe, en les mettant dans tous leurs états, moi, je ne l’ai pas retrouvée  dans la liste provisoire des espèces à protéger. Etait-ce une censure del’Emir du Qatar, ou simplement, une auto-censure pour ne pas froisser nos illustres invités. Par contre, presque tous les types de faucons, chargés par les Emirs de débusquer les outardes sont eux, protégés par le décret en question.

Enfin,  je crois que cela devient ridicule de penser à «pondre» un décret dans ce sens. Il se trouve une espèce qui, à force d’être coincée entre une guéguerre «arabe-français»,  a perdu son intelligence ; coincée entre la burka, la tenue afghane, le Kamis wahabbite  et le costume trois pièces,  a oublié ses «el 3baya» (1), « el haïk»(2), « el M’laya »(3) et  « el 3mama»(4) ancestrales  et a perdu ses repères. Cette espèce animale la plus menacée à mon sens, et qui mérite qu’on  mette tous les moyens pour la protéger,  c’est bien……………… l’Algérien.

 

djillali@bel-abbes.info

 

(1)    Gandoura portée par les Hommes Algériens.

(2)    Voile traditionnel porté par les femmes algériennes.

(3)    Voile porté par les Femmes de l’Est généralement.

(4)     Turban de couleur jaune.

 


le 12 juillet 2012


Vous pouvez suivre les commentaires et réponses de cet article à travers le RSS 2.0.
12 juillet 2012

Les commentaires sont fermés

HORAIRE TRAIN

</img/ Départ - Arrivée
Oran - Sidi Bel-Abbes 10h20 - 11h19 (**)
12h50 - 13h55 (*)
15h20 - 16h25 ()
15h50 - 17h01 (*)
17h10 - 18h21 ()
17h00 - 18h22 (+)

(*)Vers Tlemcen
(**)Vers Bechar

Sidi Bel-Abbes - Oran
05h40 - 06h58
06h58 - 08h18
09h20 - 10h22
10h34 - 11h42
12h06 - 13h10
ORAN ALGER
08h00 - 12h00 (*)
10h00 - 14h07 (*)
12h30 - 17h54 (*)
(*) rapide
ALGER - ORAN
08h00 13h15(*)
10h00 - 14h09
12h30 - 17h54
(*) rapide
ORAN - TLEMCEN
07h35 09h56
12h50 15h12
16h30 18h51
TLEMCEN - ORAN
05h50 08h09
10h30 12h49
15h30 18h57
ORAN - MAGHNIA
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
TLEMCEN- GHAZOUET
GHAZOUET- TLEMCEN
ORAN - TÉMOUCHENT
TÉMOUCHENT - ORAN
ORAN - CHLEF
Tous les Trains vers Alger +
08h00 10h19
10h00 12h00
12h30 14h53
16h15 18h35
CHLEF - ORAN
06h50 09h15
10h44 13h15
12h13 14h09
15h12 17h54
ORAN - BECHAR
10h20 17h11 Coradia
BECHAR - ORAN
06h15 13h10 Coradia

Nombre de Visites :

  • 1 972
  • 6 828