Les porteurs de la “Chkara” seront-ils enfin traqués ?

C’est à partir d’aujourd’hui 1er juillet 2015, qu’entrera en vigueur “à nouveau et enfin”, la fameuse décision du 31 mars 2011 qui exigeait , l’on se rappelle, que tout paiement supérieur à 500 000 DA devait être effectué par chèque, une mesure jamais suivie et vite abandonnée par ceux même qui l’ont pondu en raison d’un mouvement massif de notes fiduciaires impossible à contrôler détenues d’un coté, par une mafia que seul le gouvernement Ouyahia en reconnaissait impuissamment ses tenants et aboutissants et avait reporté d’ailleurs sa mise en application et d’un autre coté par ceux, citoyens simples qui n’ont jamais fait confiance aux structures financières de l’état, on parlait déjà de 7 Algériens sur dix n’ont pas de compte bancaire.

Cette mesure déjà prévue pour le premier juillet 2014 , puis décidé pour le 1er janvier 2015, a été reportée une énième fois , cette année à la même journée,cependant cette fois , chute des prix du pétrole, recommandations d’outre-mer et autres mesures d’austérité obligent, le gouvernement semble vouloir prendre le taureau par les cornes en décrétant que toute transaction supérieure à 1 million de Da doit être effectuée par chèque ou virement.Aussi et pour contre carrer tout détour ou astuce qu’on peut inventer pour outrepasser ces mesures lors des transactions , le décret s’applique également aux paiements partiels “volontairement fractionnés” d’un montant total fixé dans le texte qui ne devront en aucun cas être considérés comme sous le seuil et donc peuvent être réglés cash

Si ces mesures visent principalement dit-on , les transactions immobilières,les gros achats de biens et surtout les barons de l’informel qui détiennent à eux seuls , selon des spécialistes,plus de 40 milliards de Dollars et qui échappent en grande partie aux fiscs et contrôle de l’état, il n’en demeure que cette mesure risque encore une énième fois de connaitre un retard dans son exécution étant donné que même nos banques ne sont pas prêtes et pour cause, il y a quelques jours, à la BDL de Sidi Bel Abbes , le préposé du guichet avait refusé le nouveau chèque CCP de 800 Milles Dinars d’un simple citoyen qui ne voulait pas transporter tout cette somme destinée à un versement pour achat d’un bien immobilier et ce , pour le simple motif que dans l’ordre de virement , il n’y était pas inscrit paiement par chèque mais surtout que la banque avait besoin de liquidité pour payer ses clients. D’un autre coté, le paiement par carte bancaire qui devrait à lui seul réduire le mouvement des notes fiduciaires tarde à voir le jour même au niveau des institutions et établissements publics (Sonelgaz, Telephone, ADE et autres stations services etc …).

Finalement faut-il le souligner que l’anguille sous roche demeure aussi chez ces entreprises privées de production de biens et/ou de services qui paient non seulement leurs employés cash mais pratiquent également de grosses ventes de leurs biens et/ou services cash . Et c’est à ce niveau que les différentes formes de remplissage de la “chkara” illégale prennent leur chemin car on n’a jamais parlé de chkara chez de simples citoyens

BEL-ABBES INFO