lettre ouverte à Mr le wali Chibani Samir

Monsieur le wali vous m’avez abandonné. Le projet d’investissement d’élevage de vaches laitières qui m’a permis jusque là, après 60 ans, de garder un emploi pour moi et mon fils vit ses derniers jours. Vous êtes le seul qui a renait en moi un espoir que j’ai totalement perdu depuis des décennies. Notre longue course derrières les différentes autorités qui ont précédé depuis tout ce long temps, rencontrée par une négligence méprisante caractérisée des responsables a tué en nous tout espoir.

Je n’ai jamais senti la moindre attention, que depuis votre venue à la wilaya de sidi bel abbés. Votre réaction rapide à mes doléances m’ont fait croire à un jour meilleur. Vos instructions fermes et déterminées à l’encontre du directeur des services agricoles étaient là pour témoigner de votre sérénité, de votre bonne intention et de votre sens affiché de responsabilité. J’étais convoqué par le DSA séance tenante et j’ai été rassuré de recevoir un document au cours de la même semaine qui me permettrais de jouir de l’exploitation de cette ferme en toute sécurité et sans crainte d’investir dans le vide. Finalement, ni moi satisfait ni vos instructions respectées ?

Je ne vais pas vous porter la responsabilité de 60 ans de souffrance, de cris incessants à tous les niveaux pour me régulariser afin de développer mon projet d’investissement dans l’élevage de vache et production de lait, de 1963 à 1923, date ou j’étais expulsé par décision de justice de la ferme que j’ai occupé depuis 60 ans comme éleveur de bétail, unique source de vie avec ma famille.

Mr le wali je suis fils de moudjahid, fellah après l’indépendance. Je suis héritier de terre agricole (EAC) domaine Djemil Youcef à Boukhanefis. Mon activité diverge entre le travail de la terre et l’élevage de vaches laitières, deux activités agricoles qui constituent notre seule source de vie moi et mon fils marié. Deux familles à nourrir et deux postes d’emplois au bord du chômage et une faillite pour deux foyers. Votre intervention Mr le wali est plus qu’urgente. Je n’ai comme ultimatum que le mois de ramadhan et la fête de l’aïd el fitr, faute de quoi, mes 20 vaches laitières seront vendues et mon projet d’investissement d’intérêt autant personnel que général ne serait qu’un mauvais souvenir. Ainsi, le projet d’investissement qui constitue une préoccupation majeure dans votre programme connaitra un sort aussi désespérant que le serait le sort de deux familles sans aucune ressource.

Mr le wali, j’interpelle en vous l’humain Mr chibani Samir, l’homme qui déteste l’injustice et qui ne ménage aucun effort pour apporter de l’aide à ceux qui en ont besoin. Votre intervention pour le vendeur de bouquin en témoignera à jamais, et qui est bien loin d’être l’unique réaction depuis votre venue à sidi bel abbés. Les terres agricoles ont été distribuées en EAC et EAI en 1987, alors que notre famille occupe cette ferme coloniale depuis 1963.  Même le DSA m’a rassuré, après enquête du subdivisionnaire de l’agriculture de la daïra de Ben Badis, que la loi 87 ne s’applique que sur les gens qui ont habité les fermes après la promulgation de la loi de 1987. Pour votre information, Mr le wali, j’ai invest6i mon argent en construisant des écuries, hangars et enclos, en creusant un puit et aménageant les pistes d’accès à la ferme. Rien de tout cela n’a été sérieusement pris en compte. Une injustice pareille est vraiment difficile à digérer. Mr le wali, franchement, la peur terrible du DSA est incompréhensible. Je suis héritier de fellah ‘EAC’, mon activité d’élevage de bétail relève aussi du domaine de l’agriculture. Dans cet état normalement, je suis totalement protégé par les services agricoles, avant de l’être par vous Mr le wali !  Mr le wali, ce n’est pas sorcier, faites justes une bonne enquête auprès du président de l’APC de Boukhanefis, auprès de toute la population ” sans exception ” pour connaitre la vérité, que ma famille occupe la ferme depuis 1963 dans le cadre de la décision du gouvernement, de donner les fermes abandonnées par les colons aux Moudjahidines. Mon père en fait un. 

Mr Lairedj AEK

téléphone 0672228096

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *