Sidi Bel Abbès (Graba) : Sit-in et grogne des commerçants de Hoffra

L’on se rappelle de la campagne “anti-informel” menée “tambour battant” par le Wali de l’époque M. Fehim en 2011 et qui a touché toutes les artères principales de la ville , particulièrement la rue Bendida Benyoub (Trig l’article) et toutes ces baraques de fortune montées aux alentours de la coupole . Décision fut prise d’attribuer à tous les commerçants exerçant dans l’informel , des locaux d’un marché monté à la hâte au niveau de la place dit “El Hoffra” . Cette dernière qui venait d’être libérée par la démolition des “maisons closes” et sa transformation en gare routière , n’a jamais connu un tel engouement de la population vu son aspect et forme architecturales ou commerciales “non attractifs” car dépourvue des commodités de base pour les visiteurs. D’ailleurs, faut-il le rappeler, le seul but des pouvoirs publics à l’époque , était de recaser ces jeunes dans des “pseudo-boutiques” sans avoir cerné ou étudié au préalable tout aspect commercial ou penchants et  habitudes de la population.

Bref, ce fut une longue et pénible aventure pour ces commerçants qui voyaient mal une quelconque reprise fructueuse de leur activité d’avant. Et ce fut un fiasco pour la plupart d’entre-eux puisque depuis cette date, toutes les activités commerciales que drainaient  leur “baraque”  de “Trig l’article” et tout autour de la coupole se sont orientées soit vers le marché de Berrebah tout proche , “Gargeta” en face ou la place “Tahtaha” et bien sur vers d’autres places plus attirantes et commerçantes pour les visiteurs, abandonnant du coup le marché de Hoffra et ses locaux hideux. Seuls les quelques magasins qui faisaient façades avec la gare routière pouvait s’en tirer difficilement avec quelques dividendes.

Aujourd’hui on assiste à un”ras-le-bol” de la trentaine de jeunes commerçants qui activent toujours malgré les mauvaises recettes et les nombreuses entorses observées en raison de l’abandon par la population de ce marché . Un marché qui ne répond à aucune norme puisque l’autre majorité, soit plus de 300 bénéficiaires de ces locaux,  ont tout simplement déserté les lieux et leur boutique pour s’installer dans des endroits plus commerçantes à l’image de la Tahtaha et ses rues adjacentes.Les protestataires pour les uns avec des bidons d’essence prêt à l’irréparable, ne semblent pas abandonner la partie et demandent une solution à leur  calvaire et la présence du Wali. Il est clair que non seulement l’emplacement , mais aussi le marché en lui-même qui est mal fait et mal construit, ne peut  faire changer les habitudes d’une population en quête d’endroits plus attractifs d’où le rejet automatique de ces lieux. D’autres parts, les langues Bel-abbésiennes commencent à se délier sur le nouveau locataire de la wilaya qui dit-on, n’est pas aussi branché que son prédécesseur M. Hattab qui ne ratait aucune doléance de la population via les réseaux sociaux, muté lui à Bedjaia.

BEL-ABBES INFO